Dossiers

Paris Games Week 2015 : toujours plus grand

Paris Games Week
Rackham
Écrit par Rackham

Du 27 Octobre au 1er Novembre 2015 se tenait la Paris Games Week. Événement annuel tant attendu par nos joueurs francophones d’Europe. Et comme chaque année la PGW était l’occasion de voir tout un tas de grands noms préparer des stands géants pour accueillir cette masse de joueurs à l’affût de nouveautés. Mais la Paris Games Week c’est aussi l’occasion pour de plus petits de faire, aussi leur show et qui plus est, des studios Français. Après avoir parcouru de long en large est en travers les allées et les stands, voici venu le temps de la rédaction !

  • SONY-Playstation-4-E3

    Uncharted 4 : A Thief’s End

    Le stand de Sony nous a donné l’opportunité de tâter du Uncharted 4 : A Thief’s End, du moins un mode multijoueurs. Ce dernier nous proposait plusieurs classes relativement classiques (Assaut, support…) devant s’affronter en Team Deathmatch. C’est donc en support que nous nous sommes lancés dans une démo qui s’est en réalité annoncée relativement simplette. Dur alors de se rendre compte de la qualité du prochain titre de la licence. On notera tout de même quelques points sympathiques, comme l’utilisation d’un grappin pour passer d’un point A à un point B, ou bien l’utilisation de bonus comme le positionnement d’un sniper allié agissant un peu comme une tourelle. Il faudra donc attendre que Sony veuille bien nous en dire plus pour voir de quoi il en retourne.


     

    Star Wars Battlefront

    Alors que la sortie de Star Wars Battlefront s’approche à grands pas, on pouvait d’ores et déjà y jouer sur le stand de Sony-Playstation. Développé par Dice (Battlefield) le titre nous projette dans l’univers de Star Wars. Ce qui est assez intéressant c’est que Dice et EA ne se sont pas contentés de reprendre un Battlefield et de le revoir version vaisseaux spatiaux et sabres lasers. Non, il y a eu un réel travail au delà de l’univers (qui est d’ailleurs très réussi). Ainsi on trouve des mécaniques complètement revues avec un système de bonus permettant d’obtenir des armes et boucliers sur le champs de bataille, mais qui donne aussi accès aux véhicules. Il vous faut donc passer par ce biais afin d’obtenir le pilotage d’un A-Wing, Tie-Fighter ou d’un AT-ST. Pour certains véhicules comme les AT-AT il est possible de diriger uniquement les tires et ce pendant un temps donné après quoi un autre vous remplacera. On se retrouve donc avec des combats assez dynamiques et accessibles qui en mettent plein les yeux !


     

    Street Fighter V

    Les joueurs n’ayant pas eu la chance de tester le dernier opus de Street Fighter durant les phase de Beta avaient l’opportunité de se rattraper sur le stand de Sony. Une version très complète du jeu comprenant tous les personnages connus à ce jour, à l’exception près de Dhalsim révélé lors de la conférence Sony quelques heures plus tôt. Après quelque combats il reste difficile de se faire une idée concrète sur le système de V-trigger qui vient remplacer la jauge d’Ultra de Street fighter IV. Le principe est le même, la barre se remplissant lorsque l’on encaisse des dégâts ou lorsque l’on utilise les V skills (des coups associés au personnage qui ont une utilité défensive ou offensive).

    Côté ressenti les coups sortent plus facilement, les combos s’enchaînent malgré certaines hésitations et on peut clairement dire que le jeu à haut niveau se jouera d’avantage sur la gestion de la défense que de l’attaque. Autre subtilité, les coups ne font quasiment plus de dégâts dans la garde et il sera donc difficile de finir un combat sur une phase de « zoning ». De ce qu’il est possible de dire a l’heure actuelle, il est évident que Street Fighter V n’a rien d’un Street Fighter 4.5 mais qu’il s’agit bien d’un opus à part entière avec sa manipulation, ses match-ups et sa gestion des distances. Il sera donc nécessaire de passer plusieurs heures sur son perso préféré pour le maîtriser.

  • Ubisoft

    Tom Clancy’s : The Division

    Jusqu’ici Tom Clancy’s : The Division s’était plutôt bien caché derrière de nombreuses vidéos. Mais cette Paris Games Week 2015 est l’occasion pour Ubisoft de nous le présenter (enfin) manette en main. C’est donc après le discours de présentation du Staff Ubisoft sur l’univers et la prise en main du jeu que nous nous sommes lancés dans les rues de New-York pour une quinzaine de minutes. Au programme, un passage dans la Dark Zone, l’espace purement multi-joueurs de The Division. Le but était simple, nous étions 3 par équipe et devions trouver du loot sur la carte pour l’amener au point d’extraction. En revanche, cela était beaucoup plus dur dans la pratique puisqu’une fois à ce point il fallait attendre un hélicoptère et donc défendre son précieux magot face à d’autres joueurs ayant le même but.

    Il n’y a pas a dire, The Division en a sous le capot, pas en terme technique, car oui il est beau mais pas sublime, mais en terme de gameplay. Ubisoft a su plonger les joueurs dans un monde mélangeant gameplay coopératif et compétitif. Le système de Dark Zone nous a d’ailleurs été présenté comme un lieu nous permettant de récupérer de l’équipement important pour le reste de son aventure New-yorkaise. Ce qui nous a poussé à nous y aventurer à nos risques et périls.


     

    Rainbow Six : Siege

    On vous l’avoue, The Division est le seul jeu Ubisoft auquel nous avons joué durant cette Paris Games Week, simplement par ce que nous avions mis les mains sur la bêta de Rainbow Six : Siege quelques temps plus tôt. Le principe de Rainbow Six est simple, deux équipes s’affrontent, les Rainbow (une cellule anti-terrosime) et… des terroristes venus mettre le bazar. Prise d’otage, bombe chimique, il y en a pour tous les goûts. En tant que Rainbow vous avez tout le matos nécessaire pour mener à bien votre objectif. A vous alors de définir votre stratégie. Coté terroristes le mouvement est moindre, on a plus tendance à se barricader, poser des barbelés pour ralentir ces justiciers. Bref un gameplay asymétrique articulé autour d’un système de classe un peu déroutant au départ mais qui en réalité fonctionne bien.


     

    Assassin’s Creed Syndicate

    Il fallait bien qu’elle soit là, elle aussi, la licence Assassin’s Creed, fidèle au poste chaque année ! De même que pour Rainbow six, nous sommes actuellement en train de vous préparer le test. Ce qu’on peut déjà vous dire c’est qu’Ubisoft à beaucoup retravaillé son gameplay en proposant des combats plus dynamiques, des mécaniques de déplacements revues avec notamment les calèches et un grappin. La ville de Londres et l’époque choisie se prêtent plutôt bien à ce que l’on connait de la série tout en y apportant une nouvelle touche, un peu perturbante au départ mais à laquelle on se fait vite. Le test arrive bientôt !

  • xBOX One

    Quantum Break

    Nous n’avons pas mis la main sur Quantum Break, il s’agissait d’une vidéo et d’un speech de présentation de la part de Remedy, le développeur. Nous avons donc eu le droit à une remise dans le contexte, plutôt bateau en soit : vous jouez Jack et suite à une expérience qui tourne mal, ce dernier possède des pouvoirs lui permettant d’interagir sur le temps. Mais votre ex-meilleur ami lui aussi a subit quelques « séquelles ». Suite à cela il devient votre ennemi numéro un. Jack se sent donc pris d’une mission, l’arrêter dans ses méfaits. Nous avons ensuite eu le droit à du gameplay, dans un port en train de s’écrouler. Le temps est en train de tomber en rade, il avance, revient en arrière repart quelque peu aléatoirement. Ainsi, Jack doit se frayer un passage au milieu des débris tombant de part et d’autre. Puis vient une phase de gunfight où les différents  pouvoirs de Jack nous on été présentés. Arrêt du temps localisé, brèche du temps menant vos ennemis à une mort certaine ou encore bouclier, des pouvoirs qui ne sont pas extrêmement nombreux mais qui suffisent à eux mêmes.

    Puis arrive le moment d’un point assez original, mais qui laisse quelque peu dubitatif. Le moment où l’on vous annonce que le titre sera entrecoupé de 4 courts-métrages (images réelles) d’une vingtaines de minutes chacun. Ceux-ci se déclenchent en fonction de vos choix, vous donnant plusieurs alternatives et vous plaçant entièrement comme spectateur à la façon d’une série TV. Après tout pourquoi pas, il faut voir ce que cela donne une fois plongé dans l’histoire.


     

    Rise of the Tomb Raider

    Le stand Xbox offrait l’occasion de tester une séquence de gameplay pour Rise of the Tomb Raider. Le second épisode du reboot de Crystal Dynamics a été élu meilleur jeu d’aventures/action du salon. Une quinzaine de minutes pour nous plonger dans les ruines syriennes à la recherche d’une nouvelle relique. Malheureusement le temple souterrain que l’on explore est déjà occupé par une équipe de bougres mal avisés.

    Un aperçu qui n’apporte rien de vraiment novateur par rapport au premier volet. Les graphismes sont toujours aussi soignés, et les énigmes pour progresser dans les ruines sont similaires à certaines phases de réflexion des aventures précédentes. Fier de son succès, Tomb Raider poursuit sur ses bases en jouant la carte de la mise en scène travaillée. La bande-son est également sympathique pour ce que l’on a pu voir. On espère tout de quelques nouveautés par rapport à 2013 pour la sortie officielle, le 13 novembre sur Xbox ONE.


     

    Halo 5 Guardians

    Halo 5 est sorti la semaine dernière mais est bien sûr présent pour cette Paris Games Week. Et cette année, l’accent est mis sur le multijoueur pour la nouvelle bête de Microsoft. Une longue séquence de jeu nous a donc plongé dans des parties en 4vs4 de capture de drapeaux. Plusieurs armes chères à l’univers interstellaire de Halo sont disponibles pour plusieurs sessions endiablées sur le stand.

    Des décors magnifiques, une prise en main impeccable, Halo 5 est l’un des gros morceaux du salon, et nul doute que cette démonstration fera vendre. 343 Industries, qui a repris la main du développement de la série depuis Halo 4 n’a donc pas manqué son coup cette année d’un point de vue technique. La palme peut d’ailleurs être rendue pour le prix des plus beaux cosplays de Masterchief présents sur les stands Microsoft.

  • 2k_Logo

    Battleborn

    Le studio 2K et Gearbox, pères de la franchise à succès Borderlands, sont revenus à la charge lors de cette Paris Games Week 2015 non pas avec un éventuel Borderlands 3, mais avec leur nouveau projet : Battleborn. Deux studios qui ont relevé le défi de créer un MOBA mélangeant un univers futuriste avec une direction artistique basée sur le genre cartoon-cell shading qui avait fait une partie du succès de Bordelands, le tout dans une vue à la première personne. La démo proposait aux joueurs de former des équipes de 5 pour en affronter 5 autres et leur laissait le choix entre 15 personnages sur 25 qui seront disponibles à la sortie du jeu. Dans une ambiance festive, les participants ont pour objectif de protéger leurs sbires pour les emmener d’un point A à un point B, amateurs de frags s’abstenir, il faut réellement se pencher sur l’objectif donné pour faire gagner son équipe. Brouillon dans son organisation au sein des équipes, il est vrai qu’il n’était pas possible de communiquer avec les coéquipiers pour élaborer une stratégie, on attend donc que les tactiques organisées rendront les affrontements et le déroulement des parties plus claires.

    Battleborn tient donc de nombreux atouts dans sa main avec un univers original, une énorme personnalisation, des compétences intéressantes et un gameplay nerveux. Espérons donc qu’il tiendra ses promesses pour se trouver une place dans le monde impitoyable des MOBAs.


     

    NBA 2K16

    Autre jeu présent sur le stand 2K, l’inévitable licence de jeu de basketball. Il s’agit bien sûr de NBA 2K16 qui est sorti le 29 septembre dernier sur à peu près toutes les consoles actuelles. Et la franchise américaine a mis les petits plats dans les grands. Le jeu était testable sur scène pour les plus chanceux, ou alors en stand. Un panier de basket était aussi disponible IRL pour tenter de réussir le plus de lancers francs en un temps limité et battre le record du salon. Pour revenir au jeu, il était possible de défier d’autres joueurs sur les différentes consoles next-gen à disposition dans des matchs de NBA. L’objectif n’était donc pas de montrer des nouveautés pour 2K, mais bien de faire plaisir au joueur présents, le tout dans une ambiance so US.

    On a donc pu à nouveau profiter des graphismes encore plus poussés en terme de modélisation de joueurs et de salles au cours des matchs, mais aussi des sensations de jeu. NBA 2K16 est à nouveau un petit bijou de simulation sportive qui prouve que Visual Concepts (les développeurs) savent et sauront toujours y faire.


     

    WWE 2K16

    Ça n’est pas du basket mais une discipline beaucoup plus « physique ». C’est sûrement une impression que vous avez lorsque vous regardez du catch à la télé, non ? Troisième opus pour une licence acquise il y a peu par 2K, j’ai nommé WWE 2K16. Une simulation de catch donc, avec au programme de nombreuses célébrités du circuit disponibles (120 stars au total). Comme pour les confrères du basket, l’objectif est de défier un autre joueur en local avec les consoles disponibles du stand. 619, balayettes, strangulation avec une clé de bras, tout est permis pour terrasser les adversaires sur next-gen.

    Sorti mercredi 30 octobre dernier, la simulation a du répondant et profite de la technologie de Visual Concepts pour donner encore plus d’allure aux combattants et au stade. Sans indications la bête est par contre difficile à prendre en main, mais on s’en moque un peu, du moment que ça cogne. Bon par contre 2K n’a pas mis de ring à disposition comme pour le basket avec le panier, dommage.

  • Namco_Bandai_Games_Logo

    Naruto Ultimate Ninja Storm 4

    Ça pour le coup, c’est une exclu ! Le dernier Naruto ne sortira que le 5 février 2016 en occident, et la Paris Games Week nous a permis de jauger le jeu de combat. Et sans surprise, les sessions de jeux proposées au stand permettaient de faire plusieurs manches face à d’autres joueurs. Pour rappel, Naruto Ultimate Ninja est une série de jeux de combat dans l’univers du manga de… Naruto. Pour se défaire de son adversaire (les matchs sont en un contre un) il faut alors faire preuve de stratégie en ajustant ses combos, ses esquives et contres-attaque. Une barre de mana (le chakra) est disponible pour effectuer des techniques spéciales (jutsu).

    Et les développeurs de CyberConnect2 restent solides sur leurs appuis de ninja en nous proposant un jeu au principe et graphismes (cel-shading) quasi-similaires aux précèdents opus. Ce qui frappe c’est le nombre de personnage, déjà conséquent auparavant et qui accueille de nouvelles têtes (Hanabi, Kaguya, Obito, Rin, Sarada et Boruto). Ce qui porte le total à plus de 70 combattants. Reste à voir le mode histoire en début d’année prochaine.


     

    Dark Souls III

    Le stand Namco Bandai nous proposait cette année de se frotter à la suite attendue par tous les fans de RPG désirant avancer dans la souffrance et le sang, nous parlons bien ici de Dark Souls III. La démo qui nous était présentée nous proposait de choisir entre 4 archétypes de personnages : le chevalier, le barbare, le sorcier et le voleur. Première chose marquante lorsque nous posons les yeux sur Dark Souls III, même si ce prochain opus possède sa propre direction artistique, on reconnait bien là le grand frère de Bloodborne. Deuxième chose, le retour de la barre de mana. Certains crieront au scandale quant à l’ajout de cette barre au titre, d’autres trouveront ici un retour aux sources puisque le tout premier épisode de la saga Souls, Demon’s Souls, proposait effectivement une barre de ce type.

    Mais rentrons dans le vif du sujet, la démo présentée ne peut qu’apporter un sentiment de satisfaction, Dark Souls III semble moins lourd dans ses actions que ses prédécesseurs, et semble redonner aux puristes la sensation de gameplay du premier Dark Souls, mais avec une finalisation bien plus poussée. On retrouve donc ici non pas une copie de Bloodborne camouflée en Dark Souls comme se traduisait certaines craintes, mais bien un épisode à part entière qui a toutes ses chances de plaire aux fans de la série.

  • DeepSilver

    HomeFront : The Revolution

    Homefront, premier du nom n’a pas fait l’unanimité mais Deep Silver revient tout de même avec un nouvel opus nommé The Revolution. La démo qui nous a été proposé nous plongeait au cœur d’une mission de résistance nous demandant d’attaquer un convoi et de capturer une zone. Cette mission permettait de jeter un œil à pas mal de mécaniques du titre : embuscades, pièges, captures de zone, hacking et armements, tout était là pour qu’on puisse découvrir le jeu. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ressort de là avec un sentiment de plaisir. Le titre propose une ambiance assez intéressante et un gameplay riche qui semble suivre le tout. Il faudra donc voir comment tout cela s’emboîte avec la trame narrative et sur plusieurs heures de jeu.

  • SEGA

    Total War : Warhammer

    Il est le nouveau né de la licence Total War, cette fois-ci dans l’univers Warhammer. The Creative Assembly et SEGA étaient donc présents pour nous présenter leur démo. L’armée du Haut-Roi Thorgrim versus l’armée des Peaux-Vertes, les nains étant placés en défenses. Il s’agit en réalité de la même mission que celle présentée il y a quelques temps en vidéo. On se retrouve donc avec notre armée naine a devoir défendre ces grottes face à une embuscade bien menée de la part de notre ennemi. C’est donc à la sauce Warhammer et de ses unités qu’il faut se défendre coûte que coûte, nous permettant de découvrir quelques nouvelles mécaniques, notamment l’utilisation de héros ayant des pouvoir spéciaux. Les amateurs de la licence vont s’y retrouver sans trop de problèmes, à condition d’accrocher à ce nouvel univers… en attendant un retour de la licence plus historique.

  • Just Cause 3

    Quand on a une manette en main et Just Cause sur l’écran, on sait tout de suite ce qui nous est permis ou non et cette démo ne faisait pas exception. A peine commencée, on a envie de tester tout plein de choses sur celle-ci. Attacher notre grappin à une voiture et un soldat ennemi, voir la réaction, puis essayer sur autre chose. Tester de s’envoler en parapente, de faire péter quelques trucs et de nous faire livrer un avion de chasse. On se lance rapidement à l’assaut d’une base ennemie à vider son chargeur sur les citernes de carburant posées bien en évidences à droite à gauche de cette dernière. Un ressenti assez sympa avec ce Just Cause qui reste fidèle à lui même, peut être même un peu trop. Il faut voir sur le long terme si la recette fonctionne toujours malgré ce nouvel environnement méditerranéen.


     

    Final Fantasy XV

    Après des années d’attente Final Fantasy XV, autrefois nommé final fantasy XIII Versus, est jouable à travers différentes démos présentes notamment dans les éditions HD de Final Fantasy Type 0. La démo qu’il était possible de tester sur le salon comportait une des phases de cette dernière, la traque du Behemoth. Après quelques échanges musclés avec une de nos partenaires, servant ici de tutoriel de combats, nous sommes lâchés dans une vaste plaine peuplée de différentes espèces qu’il est possible de rudoyer en quête de précieux points d’expériences.

    Cette session de jeu certes très courte, (une vingtaine de minutes tout au plus) ne permet pas de se rassurer sur la profondeur du scénario ou la richesse du coté RPG du titre, mais permet tout de même de prendre en main un système de combat basé sur tout un panel de combinaisons de touches. Ainsi, on varie entre coups à l’arme à une main et à deux mains, en combinant une direction avec la touche d’attaque, afin de provoquer une quantité massive de dégâts tout en contrôlant sa jauge de MP. Il est nécessaire de ne pas tomber à cours de points de magie pour ne pas se retrouver sous le coup d’un stun. A ce système de combinaisons se rajoute un système de défense, donnant le choix entre une garde simple, une esquive par roulade ou une contre-attaque, ainsi que des attaques spéciales déclenchées avec une touche spécifique après l’avoir pré-sélectionnée. Si la démo rassure sur le plan des combats dynamiques elle laisse devant un constat mitigé sur le plan technique. Effectivement, même si les personnages et certaines textures sont extrêmement jolies et donnent un aspect global des plus réussis, le rendu de la végétation et de l’eau sont des détails qui eux accusent un retard sûrement dû aux nombreuses années de développement.

  • 150818-jeux-made-in-france-logo

    Hazelrun

    Hazelrun est un runner compétitif développé par le studio Sushee. Le principe est simple, quatre joueurs s’affronte dans une course effrénée, devant éviter les obstacles. Pour ce faire les joueurs peuvent sauter, inverser leur propre gravité, utiliser un dash ou bien utiliser des bonus contre leurs adversaires. Le dernier joueur qui reste dans la partie a gagné. Manette en main il faut quelques courses avant de maîtriser les possibilités mais on s’y fait vite et le titre devient plus dynamique. Contre des joueurs ayant tous un niveau assez élevé la compétition peut être plus qu’intéressante !


     

    Zodiac

    Kobojo était là de nouveau pour nous présenter ZodiacIl s’agit d’un RPG à la sauce Japonaise réalisé avec Hitoshi Sakimoto et Kazushige Nojima qui travaillent autrefois sur Final Fantasy. Le jeu offre deux phases. Une première d’exploration dans laquelle on a la possibilité de collecter des objets. En plus de cela on trouve une phase de combat. Deux camps s’affrontent au tour par tour. L’utilisation des pouvoirs se fait via les diverses mouvements de doigts sur l’écran. En plus de cela on trouve un système de signe du zodiac pour chaque héro afin de l’adapter à la situation. Le titre ne devrait plus tarder à arriver !


     

    Pankapu

    Le stand Jeux made in France pour Pankapu: le gardien des rêves. Le premier jeu en cours de développement du studio Lillois Too Kind Studio. Le titre se présente comme un plateformer où le joueur à le choix entre 3 personnages (2 dans cette démo) : un guerrier, un archer et un magicien avec des compétences qui leurs sont propres. Le titre aux graphismes plutôt mignon vient de lancer sa campagne Kickstarter afin de continuer le développement du titre.


     

    Games Of Glory

    Décidément on le croise partout ce Games Of Glory, un MOBA (Free to Play si vous vous demandez) indépendant. Ce dernier est très orienté action et ne laisse aucun répit au joueur. Se déroulant dans un monde futuriste et aux confins de la galaxie, vous dirigerez des clones qu’il vous sera possible d’équiper de différentes façons dans le but de les rendre encore plus puissants. Le titre est actuellement en Alpha via Steam.


     

    Dungeon of The Endless & Endless Legend

    Les deux titres bien connus du studio Amplitude étaient là. Le premier Dungeon of The Endless, un rogue like mixé à du tower defense. Après que votre vaisseau tombe en rade vous devez évoluer dans un environnement hostile. Le jeu présente un aspect de gestion de ressources pour la construction de votre défense.
    Endless Legend quant à lui, est un jeu de stratégie tour par tour, dit, 4X. Vous jouez une faction et devez apprendre à vous étendre et tenir compte de vos ressources, des habitants des terres et de la guerre qui rôde. Vous pouvez retrouver notre test ici.


     

    Blood Bowl

    Bloodbowl_tablet_05

    Disponible depuis peu, le jeu de sport tactique dans l’univers de Warhammer, Blood Bowl, a fait son apparition sur iOS et Android. S’inspirant de ses grands frères Blood Bowl 1 et 2 disponibles sur PC et consoles, l’épisode sur mobile peine malgré tout à convaincre aux premiers abords : système économique poussant les joueurs à dépenser de l’argent réel pour progresser à une allure convenable, des graphismes dans ancien âge et un gameplay ne ressemblant en rien au jeu de base, laissant les personnages se déplacer tout seul et le joueur regarder bêtement, on pourrait penser que cet opus sur iOS et Android n’a de point commun à la licence de Games Workshop et Cyanide studio que le nom.

     

    WonderShot

    Wondershot

    Wondershot est un titre en versus et en local, nous l’avions déjà croisé aux derniers IGP. Le titre place quatre joueurs dans différentes arènes. Le gameplay est assez simple, vous avez accès à diverses armes, arc, marteau, boomerang et autres. La particularité est que toutes les armes sont uniquement utilisables à distance…et une fois lancée il faut la récupérer, vous laissant temporairement sans armement. Certaines arènes ont la particularité d’être mouvantes, compliquant d’autant plus votre tâche.

    WonderShot débarquera en Janvier 2016 sur Steam, PS4, Xbox One et WiiU.

     

    Jumphead

    Jump Head, lui aussi un jeu en arène et en versus local. Ce denier vous propose ni plus ni moins de sauter sur la tête de vos amis pour les éliminer. Et plus vous en éliminez plus vous gagnez. Au milieu d’arènes constituées de plateformes plus ou moins vicieuses. Vous passerez donc votre temps à sauter pour éviter vos vils amis tout en retombant sur leur tête. Un titre fun, rempli de modes de jeu compétitifs qui promettent de bonnes soirées entre amis.


     

    HeartZ

    HZ_Banner_500x244

    HeartZ mélange plateforme, action et puzzle, le tout seul ou en coop jusqu’à 3. Proposant une vue de coté, le titre nous met dans les mains 3 personnages aux capacités assez différentes. Ces deniers doivent évoluer dans des niveaux semés d’embûches et de pièges en tout genre demandant à la fois réflexion, mais aussi un apprentissage par l’erreur.
    Point intéressant concernant le gameplay, les niveaux s’adaptent au nombre de joueur dans la partie.

     

    Californium

    Californium

    Dans Californium vous jouez Elvin Green, un écrivain parano aux réalités multiples. Il s’agit d’un jeu d’exploration à la première personne dans un monde très coloré avec une direction artistique quelque peu psychédélique. En vous baladant dans votre monde vous trouverez des sortes de prismes vous offrant une visibilité sur une réalité parallèle…il vous faudra les trouver toutes. Le titre est en soit très simple dans son gameplay puisque la mécanique tourne juste autour de l’exploration, un jeu que l’on fera pour l’expérience qu’il offre.

     

    Beam Gleam

    BeamGleam

    Beam Gleam est un Shoot’em up d’un genre un peu spécial…puisque vous ne devez pas tirer. En effet votre seul arme est un bouclier permettant de renvoyer des lasers. Ainsi en jouant sur les angles vous devez le renvoyer sur vos ennemis. Un titre sympathique qui ne devrait pas tarder à débarquer sur PC.

     
     
     

    Shiness

    Depuis que nous l’avons vu l’année dernière Shiness a fait son petit bonhomme de chemin avec notamment la réussite de son Kickstarter. Le RPG vous propose d’incarner 5 personnages au sein d’un conflit ravageant une planète hostile. Il faudra donc user de vos arts martiaux et de votre magie, mais ce n’est pas tout puisque le jeu propose des énigmes à résoudre pour avancer dans l’histoire. S’inspirant de la bande dessinée du même nom, Shiness promet un univers riche et fidèle à la saga, tout en apportant un brin de fraîcheur pour les connaisseurs.


     

    Discovery Online

    Discovery Online

    Discovery Online est un MMORPG bac à sable multi-plateformes développé par Ethereal World. Dans un monde dévasté par la guerre vous rejoignez les survivants humains et devenez artisan ou soldat. Le jeu au style graphique inspiré des JRPG et des cartoons devrait arriver en 2016.

     
     

    Cibo

    Dans Cibo vous incarnez des Cibos de petits extraterrestres travaillant pour récupérer des boulons dans une usine de traitement de déchets. Le jeu se présente en vu de coté vous permettant une liberté de déplacement sur les cotés en en hauteur. Des boulons arrivent d’un peu partout au milieux d’obstacles, à vous d’en récupérer plus que les autres Cibos ! Attention aux chutes d’objets !


     

    Hover

    Hover est le titre dur à classer par excellence. Inspiré de Jet Set Radio pour sa direction artistique, de Mirror’s Edge pour ses déplacements et sa caméra première personne ainsi que de GTA par son monde ouvert et ses quêtes à aller chercher. Le Titre vous place au sein d’une dictature ou le loisir est interdit… mais vous en avez décidé autrement. Au travers d’une trame principale le titre vous propose de réaliser de nombreuses quêtes face à des ennemis qui essayeront de vous en empêcher. Coté déplacement vous pouvez sauter, courir sur les mur, glisser sur les câbles et le sol ou encore vous infiltrer quand cela est utile. Dur d’en dire plus, il faudra attendre d’en voir d’avantage pour se prononcer. Le titre est actuellement en Early Access sur Steam.


     

    OSM (Old School Musical)

    OSM est un titre pour le moins original mais si le gameplay lui est plus classique. Il s’agit en réalité d’un jeu de rythme avec une trame narrative. Ainsi, le challenge de rythme défile à l’écran accompagné de la musique avec en fond, l’aventure de deux compagnons en pixel art. Selon notre réussite ou non les deux compères réussiront ou non leurs combats, leurs recherches d’objets et autres. Le tout est bourré de références à des jeux, des films et des grand classiques anciens ou modernes.


     

    Airline Manager

    Airline Manager 2 est un jeu de gestion sur navigateur, IOS et Android. Il vous propose de prendre en main les rênes d’une compagnie aérienne. Gestion du budget, de la recherche, du planning des vol et l’achat des avions le titre semble complet et devrait plaire aux amateurs du genre.


     

    Plane Panic

    Plane Panic est un titre sur IOS et Android. Il s’agit d’un runner en vue du dessus. Ce dernier vous propose de contrôler un avion avec un moteur en feu qui ne fait que descendre. Partant de là vous devez récupérer des bonus et éviter les obstacles pour parcourir le plus de kilomètres possible… Le record est actuellement de 413,4 Km…arriverez-vous à le battre ?


     

    Megalo Polis

    Megalo Polis

    Megalo Polis est un jeu de stratégie, presque proche du serious game. Le principe est simple, vous êtes en pleine campagne électorale Américaine et dirigez votre candidat dans une course aux électeurs. Pour se faire vous devez investir les quartiers afin que les différentes populations de la ville votent pour vous. La démo était donc l’occasion de diriger un Obama géant avec quelques pouvoirs permettant d’engranger encore plus de « fans » tout en les piquant à votre adversaire. Un titre qui devrait sortir pile pour les élections 2016 aux Etats-Unis.

     

    Pyro Jump

    Pyro Jump est un petit jeu sur IOS & Android, où vous dirigez une petite flamme. Plus précisément vous lui permettez de sauter d’un engrenage à l’autre pour récupérer des pièces et compléter les niveaux. Certains engrenages ont des propriétés spéciales comme vous faire rebondir…ou vous tuer. Le titre est assez classique mais plutôt bien fichu.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire