Dossiers

Shadow, le PC gaming du futur, par Blade.

Boitier Shadow de Blade
RoLestrange
Écrit par RoLestrange

  • Shadow : Le PC du futur

    Jouer a Watch Dogs 2 ou The Witcher 3 en Ultra sur un MacBook Air ou un Chromebook impossible ? Que nenni ! Et toi, cher petit lecteur, bientôt tu cesseras comme moi, d’hésiter des mois durant avant l’achat d’une bécane pour faire tourner le tout dernier Battlefield. C’est pas beau ça ?

    Aller, let’s go !

    Blade est une start-up française (Cocorico !) créée en octobre 2014 par Emmanuel Freund et Acher Criou, vite rejoints par Stephane Heliot et Yann Dirson. Shadow, leur projet est simple… Se baser sur le cloud computing pour offrir une expérience de jeu optimale sur le principe du client-léger.

    « Que ça dire que ceci ? » disait un grand philosophe.

    Et le concept n’est pas très compliqué à comprendre :

    Un petit PC peu puissant connecté à un réseau affiche l’image d’un ordinateur beaucoup plus puissant installé ailleurs.

    Une solution d’entreprise pour le particulier.

    Jusqu’à il y a peu, le principe du client-léger était surtout utilise dans certaines entreprises ultra calibrées, ou toutes les machines devaient être identiques, très peu énergivores et surtout peu coûteuses. On se connecte à une session directement sur un serveur puissant, les clients légers ne s’occupant uniquement d’envoyer les entrées clavier et souris et de réceptionner le flux vidéo. Du point de vue technique, on bétonne le serveur pour qu’il gère toutes les connexions en simultané, on mise sur un réseau propre avec des débits suffisants… et on prend (presque) n’importe quel type de poste pour l’utilisateur ! La plupart du temps, il s’agit de petites machines légères et peu puissantes, consommant peu et chauffant peu, mais on peut aussi utiliser un PC, qu’il soit ancien ou moderne.

    Et je commence à vous entendre venir avec vos grands sabots…

    « Ouais, et alors ? Ton cours de gestion de parc informatique, on s’en tapote le coquillard avec une pelle à tarte… »
    Et ben oui mais non ! Car Shadow, c’est ça !

    Shadow : Cloud Computing 2.0

    Très clairement, Blade n’a pas réinvente la roue. La start-up s’est juste assise dans un coin sans faire de bruit pour faire de cette roue un cercle parfait. Et y ajouter un pneu… Le but de la manœuvre ? Offrir à l’utilisateur non pas des jeux streamés, mais l’accès à un vrai ordinateur tourné hardcore gaming ! Un des problèmes majeurs du Cloud Computing il y a peu, c’était le réseau internet français : pas assez évolué, avec un débit trop faible ou encore trop disparate. Là où les entreprises avaient la main sur leurs infrastructures réseaux, les particuliers ont dû attendre que les télécoms et Monsieur F travaillent ensembles pour offrir un réseau un chouilla meilleur aux français.

    Une technologie réseau en constante évolution.

    Blade s’est servi des avancées des infrastructures, mais aussi technologiques en général pour maîtriser ses flux de données. Des serveurs distants directement reliés chez les FAI d’un coté, et des machines pas plus grandes que des demies boites à chaussures taille 39 (Oui, j’ai des petits pieds… et oui, je calcule en demie boite à chaussures…) de l’autre coté.

    Une fois votre Shadow connecté, vous aurez accès à votre nouveau PC à la configuration hors-norme : Intel XEON 3 core, SSD 256Go, 12 Go de RAM et GTX 1070 dédiée, le tout sous Windows 10… Rien que ça ! Et tout ça dans un petit boitier consommant à peine 12 watts (25 watts pleine bourre) !

    En comparaison, la Xbox One consomme 25 watts… en veille.

    Petit mais costaud, le Shadow.

    En effet, il est petit. A peine deux fois plus grand qu’un Raspberry Pi. Mais le boitier n’est pas chiche en connectique : 2 Display Port (1 adaptateur Display Port to HDMI fourni), 2 USB 3.0, 2 USB 2.0, 2 prises jack (micro et casque) et un port Ethernet Gigabit. Bref, pas moins que sur les PC actuels. A l’intérieur de la boite, on retrouve un SoC AMD Merlin Falcon octa-core cadences à 800MHz décodant des flux vidéos H.264.

    « Okay, c’est cool, mon Galaxy Note 7 l’explose en fait… »

    Du calme Kevin, regardons plus loin maintenant dans les entrailles du concept… Selon l’équipe de Blade, le Shadow a dans le ventre l’équivalent d’un i7 (de génération SkyLake), en réalité, le XEON est légèrement en deçà niveau performances, en cause sa cadence moins élevée que celle d’un i7-6700K (2.80 GHz vs 4.20 GHz en mode Turbo)… Mais franchement… Voilà.

    Avec ceci, Blade pose religieusement une GTX 1070 préparée par son partenaire Asus. Accompagné des 12 Go de RAM, ça fait tourner Battlefield 1 en Ultra 4K à 30 FPS dans un silence de cathédrale.
    Oui, je sais, 30 FPS pour un… euh… FPS, c’est léger, mais Shadow planche sur la 4K à 60 FPS actuellement. En attendant, du FullHD en 60 FPS sans aucun accroc, c’est déjà bien badass ! C’est déjà mieux qu’en 1366×768…

    Shadow, c’est aussi une app.

    Et si tu as envie de te la jouer façon Nintendo et faire ta dernière partie d’Overwatch sous ta couette bien au chaud ? Déjà, je te défends de jouer à Overwatch de cette façon, c’est une hérésie mais bon… Au pire, il te suffit d’utiliser l’application Shadow pour Linux, Android ou Windows (bientôt disponible pour OS X et iOS, d’où le début de l’article, ça suit là-bas au fond ?)… Simple et efficace, appairer la manette Xbox (Overwatch à la manette… Pauvre jeu…) permet d’avoir un contrôleur correct.

    Donc oui, si tu pleures en PLS depuis l’achat de ton MacBook il y a 2 ans parce que déjà, ça coute un bras, mais qu’en plus, tu peux pas jouer… Et bien tu peux aller câliner l’équipe de Blade pour t’ouvrir les portes du gaming.

    Débit, latence et qualité.

    – Bon, soyons clairs… Si je veux jouer à Counter Strike: Global Offensive en qHD (2560×1440) Ultra, est-ce que c’est possible ?
    – Oui.
    – Mais je vais pas être désavantagé avec la latence ?
    – Nope, un ping garanti a 16ms max par Blade (de 1 à 10ms en fibre selon ton FAI).
    – Mmmmh… Okay… Et si j’habite à Villeroy-sur-Meholle ?!
    – Euh…
    – Dans la Meuse, 33 habitants
    – C’est quoi ton offre internet ?
    – Wanadoo Netissimo 512Kb/s forfait 50 heures à 50€/mois.
    – Wow…

    Bien évidemment, je m’excuse d’avance auprès des habitants de Villeroy, mais ça va pas être possible pour vous. Blade ne se mouille pas et préfère garantir un accès sans encombre au service Shadow à partir de 100Mb/s pour des configurations optimales de jeu (potentiellement viable à partir de 25Mb/s). Bien sûr, quelques personnes ont réussi leur expérience de gaming avec moins que ça, en baissant la définition d’image par exemple. Si c’est pour autre chose que du jeu, de la retouche d’image ou du montage vidéo, le service Shadow devrait en théorie être largement utilisable à partir de bien moins.

    Des pros pour relever le défi.

    Pour assurer ses dires, Blade s’est entourée de joueurs professionnels afin de mettre à mal sa machine. Résultats : ni les joueurs pro d’Overwatch, ni les compétiteurs de CS :GO, ni un champion français de Street Fighter n’a vu de différence avec une machine locale. La potentialité de jouer de n’importe où et depuis n’importe quel device est donc grande… Le réseau actuel pourrait permettre d’avoir de très bonnes sensations à partir de la VDSL ou de la 4G, tout en étant possible avec quelques concessions en ADSL et 3G. Bref, Blade ne promet pas encore la lune aux habitants de province mais, le réseau et les techniques de compression de flux évoluant continuellement, tout le monde ou presque devrait pouvoir tâter de cette innovation à l’aube de la prochaine décade.

    Un divertissement de luxe à petit prix

    Il ne faut pas de voiler la face, à partir de 29,99 euros/mois, le tarif propose est plus qu’alléchant…
    Pour un PC équivalent, déjà monte et estampille par une grande marque, on est aux alentours des 2000 € TTC… Type Acer Predator G6-710 ou HP Omen X embarquant tous deux i7 6700, GTX 1070, SSD de 128Go et respectivement 16Go et 8Go de RAM.

    Tarif d’un PC local

    En outre, il est fort probable que d’ici 2 ou 3 ans, les jeux demandent plus de mémoire vidéo et de mémoire vive… Il faudra donc prévoir une rallonge d’environ 500 €. Là-dessus s’ajoute la consommation électrique du PC, un peu moins de 100 euros/an.

    PC Gaming, facture sur 3 ans : plus de 2500 €

    Tarif d’un Shadow

    Pour le Shadow, on part sur un abonnement annuel à 29,99 euros/mois. Tout compris sur 36 mois, on ajoute la consommation électrique de 10-15 euros/an

    Shadow, facture sur 3 ans : un peu plus de 1100 €.

    Près de 1500 € d’économies… Un treizième mois… Une semaine aux Maldives pour deux… Un MacBook Air avec tous les adaptateurs… 345 Big Mac… Plus de 35 jeux sur Steam… Bref, une sacrée grosse économie !

    Bien évidemment, rien n’empêchera cette économie de servir génétiquement à l’upgrade de la machine. En effet, il sera possible de prendre des options pour pallier le manque de stockage, jusqu’à plusieurs To… Et cela risque de ne pas être de trop, car pour jouer, les Triples A actuels demandent presque tous près de 50 Go d’espace disque. Et si vous êtes comme moi, vous aurez au moins une grosse quinzaine de jeux installés en même temps.

    Après tout, une machine de gaming, c’est fait pour jouer…

    Mon PC, sur un serveur, parmi d’autres… Sécurité, tout ça ?

    Oui Kevin, ton PC serait, en réalité, hébergé sur du stockage bien plus imposant avec plusieurs autres PC. Et alors ? Niveau sécurité, il s’agit de ton ordinateur, avec ton Windows 10, il te faut donc un anti-virus/pare-feu/anti-malware… Bref exactement ce que tu as sur ton PC actuel.

    « Oui, mais si les PC sont sur le même serveur, ils peuvent accéder au mien ? »

    Et bien non. Techniquement, chaque personne a son ordinateur qui tourne sous une machine virtuelle. Le service voit un réseau de PC, comme internet en somme. Donc il n’y a pas plus de risque qu’avec des PC physiques.

    « Et la société, elle peut voir mes données ? »

    Blade s’y refuse catégoriquement. Ce que tu fais avec ton PC, c’est ta tambouille. Tu gères, et si tu fais des conneries, c’est pour ta pomme. La seule chose que Blade peut faire, c’est supprimer complètement ta machine, 30 jours après la fin de ton abonnement. Même si tu lui donnes ton mot de passe de session et que tu la menaces d’écouter le dernier single de l’artiste naze en vogue… Je ne suis pas sûr qu’ils fouillent ton disque dur. Et puis bon, si tu es vraiment parano, rien ne t’empêche de brancher un disque dur externe à ton Shadow pour tes données.

    La même sécurité que les entreprises.

    « Et si les serveurs de Blade ont des problèmes ? »

    Tu es dur en affaires toi… Blade est une société et, comme toute société de Cloud Computing, a sa propre sécurité. Par conséquent, firewall, DMZ, un cerbère et trois gardes suisses et l’équipe du XV de France au grand complet par serveurs protègent leurs infrastructures. Vos disques durs seront aussi sous le coup de RAID multiples. Pour être simple, les données sont répliquées sur plusieurs disques durs physiques, dans plusieurs baies de serveurs différentes à Marcoussis (LA COCOOOOOTTE !!!). En somme, si un disque dur plante, les données sont retrouvées sur un autre disque automatiquement, et re-répliquées lors du changement du disque.

    Shadow s’occupe de tout, tu s’occupes de rien

    Là où le deal est vraiment intéressant, c’est surtout dans l’évolution de ton nouveau poste. En fait, rien à faire, tout est compris. Ainsi, Blade s’occupe d’upgrader son parc régulièrement, afin d’avoir toujours un service à la pointe de la technologie. Une nouvelle architecture de carte graphique ? Blade intervient directement dans ses locaux techniques, et fait les changements en toute transparence pour le gamer. Il suffira juste de mettre à jour son pilote graphique. Le jour où les jeux demanderont plus de mémoire vive, Blade fera la configuration pour modifier en conséquence.
    Actuellement, les équipes de Blade travaillent déjà aux futures évolutions, notamment le support complet des solutions VR.

    Update : le 15 juin 2017, Blade annonce une levée de 51 millions de d’euros, la plus grosse levée de fond de l’année.

  • L’interview

    C’est en compagnie d’Acher Criou, co-fondateur de Blade, que nous réalisons l’interview dans les locaux de la société, avenue des Ternes, Paris.

    D’où est venu Shadow ?

    Ingame.fr -. D’où est venu Shadow ?
    Acher Criou -. L’origine de Shadow… Ça a commencé en octobre 2015. Nous voulions apporter une solution de PC dans le cloud pour tout le monde sans aucune limite, exactement comme un ordinateur physique.

    Ingame.fr -. Pourquoi Shadow est le pc du futur ?
    Acher Criou -. Parce qu’au fond, il s’agit de mutualiser les ressources hardware à un seul endroit sans les partager entre les utilisateurs. Quand vous êtes connectés, vous avez un CPU dédié, une carte graphique dédiée et votre propre mémoire vive. C’est lorsque l’utilisateur n’est pas connecté que ces ressources, sont allouées à un autre utilisateur.

    Ingame.fr -. C’est donc une solution de client léger-client serveur. Pourquoi ça n’avait pas été fait plus tôt pour le gaming ?
    Acher Criou -. Tout d’abord, nous avons eu du mal à développer la technologie exactement comme nous voulions le faire, comme un vrai PC physique sans latence, sans perte de qualité. Il y avait des solutions avant nous, mais il fallait toujours se satisfaire de la latence et de la qualité qui ne permettait pas d’avoir des performances assez bonnes pour jouer à certains jeux. Nous avons donc développé et modelé cette technologie pour faire tout ça à distance, mais comme s’il s’agissait d’un PC physique.

    Pourquoi du Cloud computing pour le gaming ?

    Ingame.fr -. Pourquoi avoir parié sur le cloud computing pour le gaming de demain ?
    Acher Criou -. Nous avons décidé de commencer avec le marché des joueurs PC. Mais le Shadow peut fournir une solution pour n’importe quel usage en Cloud.

    Ingame.fr -. Et pourquoi pas sur le Cloud Gaming tout simplement ?
    Acher Criou -. Pour l’instant, nous avons choisi le Cloud PC à destination des joueurs tout simplement parce que les gamers sont ceux qui ont besoin des ordinateurs les plus performants. Ils préfèrent généralement le modèle d’inscription mensuel, à 30€/mois plutôt que de débourser 2000€ pour un PC. Et aussi, il s’agit de la cible la plus à même de tester notre solution. Si ça fonctionne parfaitement pour un jeu triple A, vous pouvez faire ce que vous voulez avec cet ordinateur.

    Les contraintes du réseau français.

    Ingame.fr -. Comment avoir résolu les contraintes de bandes passantes des connexions actuelles ?
    Acher Criou -. D’abord, les connexions en France sont assez bonnes, notamment dans les grandes villes mais ce que nous avons fait avec notre premier datacenter a été de passer un accord avec les FAI pour être directement relié à leur réseau. Nous sommes donc devenus partenaires et de cette façon, pour pouvons émettre et contrôler le fait d’avoir un bon ping avec tous les FAI et les utilisateurs de Shadow. Nous surveillons aussi le trafic des utilisateurs sur nos serveurs pour ajuster la qualité de notre service à celui-ci.

    Ingame.fr -. Avec l’évolution rapide des composants PC et le prix très attractif de 30€, comment comptez-vous pérenniser l’exploitation du Shadow ?
    Acher Criou -. Comme je le disais en début d’interview, nous sommes en gros à 30€/mois par utilisateur, et comme ça, nous ne pouvons pas sortir de profit, mais ce que nous faisons, c’est de réallouer du hardware inutilisé par un utilisateur lors de sa déconnexion, à un autre. Vous avez votre propre session privée et sécurisée qui n’est pas partagée, là où vos données sont sauvegardées, mais le matériel de calcul tel que le processeur et la carte graphique et la mémoire, quand vous ne l’utilisez pas, une autre personne les utilise. Une ressource est optimisée pour être presque toujours utilisée par quelqu’un.

    Que pense la concurrence de Shadow ?

    Ingame.fr -. Grace à vos technologies, vous avez réussi à convaincre les pros que vous étiez au-dessus des PC en local. Qu’en est-il des autres concurrents plus directs, tels qu’OVH ou Shield ?
    Acher Criou -. Notre principal objectif est fondamentalement de faire des partenariats, et faire ces partenariats avec d’autres types d’entreprises comme OVH peuvent avoir des bénéfices sur leurs datacenters et les équipements comme ceux de Nvidia. Ainsi, nous sommes plus complémentaires que des concurrents directs.

    Ingame.fr -. Vous mettez un point d’honneur à la sécurité de vos datacenter, comment les données sont-elles sécurisées dans les PC Shadow ?
    Acher Criou -. Tout d’abord, tous les datacenters sont protégés par des firewalls reconnus. Nous avons une sécurité physique avec des gardes 24h/24 et 7jours/7 sur le site. Vous avez besoin d’accès par empreinte digitale, parfois par reconnaissance biométrique de l’œil, tout plein de chose de ce genre. De plus, chacun des stockages et les communications liées ne sont associés qu’à un utilisateur, protégés par une authentification et cryptés. En plus de ça, vous pouvez vous-même crypter vos données sur votre Windows si vous le voulez, mettre un antivirus… Donc exactement comme un PC local. Vous pouvez mettre des logins de session Windows, cryptez votre système de fichier, etc…

    Les prochaines évolutions de Shadow.

    Ingame.fr -. Applications smartphone (3G et 4G ?), Mac et PC, support de la VR… Vous avez déjà quelques évolutions en cours ou terminées depuis l’Early bird. Quelles sont donc les prochaines étapes de Blade pour le Shadow ?
    Acher Criou -. Shadow est déjà compatible smartphone, je vais vous montrer ce que ça donne. – il nous montre son Smartphone Android en 4G – J’ai donc une authentification pour me connecter à mon ordinateur… Comme on peut le voir, je peux me connecter à mon PC Windows de n’importe où et jouer à n’importe quel jeu depuis mon téléphone si j’ai une manette… Mais on peut aussi écrire un document, travailler, faire ce que l’on veut depuis son smartphone, regarder un film… La réalité virtuelle n’est pas encore supportée mais nous avons pour projet d’ajouter la VR sur le long terme.

    Les futures marchés cibles de Shadow.

    Ingame.fr -. Voyez-vous plus loin que le gaming ?
    Acher Criou -. Nous avons énormément d’intérêts pour implémenter Shadow en tant que ordinateurs d’entreprises. Nous avons juste un problème, nous sommes encore une petite entreprise avec des ressources limitées. Pour le moment, pour tout ce qui est des écoles, des entreprises et d’autres gros organismes, c’est un peu différent. C’est une tout autre organisation des réseaux, ils travaillent différemment. C’est totalement différent d’un réseau maison. Ce ne sont pas les mêmes connexions internet, pas le même type de sécurité, il faut repenser le besoin de stockage… Pour l’instant, nous nous concentrons principalement sur les joueurs, et dès que nous serons bien établis sur le marché du gaming et qu’on pourra s’étendre en Europe, on pourra penser aux écoles et aux entreprises.

    Shadow vs consoles de salon.

    Ingame.fr -. Par rapport aux rumeurs, pensez-vous que les consoles de salon peuvent adopter le même type de technologie ? Blade en serait acteur ?
    Acher Criou -. Le mieux est je pense que je vous laisse juger par vous-même mais ce que nous offrons aujourd’hui, je ne sais pas si vous savez mais la Playstation 4 Pro par exemple, la nouvelle Playstation n’utilise que très peu de la 4K native, ce n’est donc pas vraiment de la 4K… En revanche avec le Shadow et un téléviseur 4K, je vais juste vous le montrer…  – il démarre la TV – Je lance l’application sur la TV, il s’agit d’une télévision 4K avec Android TV. Nous n’avons pas développé sur d’autres OS de télévision. On peut donc connecter notre télévision à notre Shadow et jouer à de la vraie 4K en 60fps. Il est possible de passer en 144fps mais uniquement pour de la FullHD et vous n’avez pas besoin de console… Vous jouez directement sur votre télévision ! – Ne pouvant pas se connecter – Oh, j’ai oublié que j’avais activé la double authentification (ndlr : rires).

À propos de l'auteur

RoLestrange

RoLestrange

Geek, fan de Chuck Norris et JCVD, j'aime les Action Movies des années 90 et les ChocoBN. Je joue à tout, encore plus si c'est rétro et je bosse dans le web, mon bureau est un dessin animé. Mon chat s'appelle Gotham.

Laisser un commentaire