Leif & Sukhoi News Nos vidéos

Leif & Sukhoi – Pit People

Mathpach
Écrit par Mathpach

Découvrez le jeu de The Behemoth, créateur de Castle Crashers : Pit People. C’est Damitch qui sera notre mentor dans ce First Contact sur ce jeu tactique.

On retrouve notre ami Damitch avec le jeu Pit People, développé par The Behemoth. Eh oui, les créateurs de Castle Crashers. C’est un jeu tactique qui reprend le principe des anciens jeu de The Behemoth. L’humour, la personnalisation, etc.
Il est en Early Access sur Steam.

Le menu du jeu est une ville. On pourra donc y personnaliser nos personnages et y trouver nos quêtes. Comme dans tout jeu tactique, il est bon d’avoir une équipe. On compose alors celle-ci avec différents types de personnages tous plus funs les uns que les autres. En choisissant leurs équipants, on change leurs statistiques, donc il est important de bien y réfléchir.

Le Marquette permet, quant-à-lui, d’acheter des armes ou des mercenaires supplémentaires.
Pour accéder au multijoueur en ligne, il suffit d’aller dans le menu Phone.
Enfin, on a le Pit. C’est l’arène du jeu, là où l’on fait du PvP. En équipe ou seul, on peut aussi jouer contre l’IA.
Les quêtes journalières sont des objectifs à remplir dans la journée pour recevoir des objets et récompenses en tout genres. Les succès ainsi que la progression globale dans le jeu y sont représentés.

Après avoir lancé une quête, on se retrouve sur une map générée aléatoirement. Il est possible, le temps de rejoindre le lieu de la quête, de rencontrer des ennemis et de provoquer un combat. Ceux-ci se déroulent en tour par tour. On choisit d’abord l’emplacement de chaque personnages. Ensuite le face à face commence.

Au final, c’est un jeu loufoque et sympathique qui ne se prend pas au sérieux, parfait pour lâcher prise.

À propos de l'auteur

Mathpach

Mathpach

Grande lectrice, cinéphile et amatrice de jeux vidéo, j'affectionne particulièrement les jeux de gestion et de narration mais je reste assez touche-à-tout.
Dessinatrice à mes heures perdues.
Les jeux d'horreur ne me font pas peur... quand la lumière est allumée.

Laisser un commentaire