Tests

Bus Simulator 16

Bus Simulator 16
Rackham
Écrit par Rackham

Test PC

Astragon Entertainment est connu pour éditer de nombreux jeux de simulation. Malheureusement tous sont loin d’être des cadeaux et de bons titres. Voilà qu’aujourd’hui Astragon, accompagné de Stillalive studios en tant que développeur revient avec un nouveau titre : Bus Simulator 16. Est-ce encore une fois un titre de médiocre qualité ou suit-il une meilleure tendance comme on peut la voir ces derniers temps ?

Cela parait évident mais replaçons tout de même le contexte. Bus Simulator 16 vous propose de gérer votre propre compagnie de bus et de conduire vous-même sur vos lignes. Il se place entre la simulation et l’arcade dans une ville du type européenne.

 

En avant petit bolide

La conduite est le coeur du gameplay

La conduite est le coeur du gameplay

Le coeur du jeu est bien entendu la conduite. Après avoir choisi une ligne et un bus vous voilà dans votre entrepôt (ou votre bus si vous avez choisi un démarrage rapide). La première étape va être de mettre en route le bus. Première chose plutôt bien fichue, tous les éléments cliquables à l’écran affichent un petit cercle permettant de savoir s’il est interactif ou non. Deuxième point sympathique, vous pouvez utiliser vos raccourcis ou votre souris un peu comme une main pour activer ces différents éléments. Par exemple, la mise en route du contact peut se faire par une touche du clavier ou en cliquant sur la clé.

Une fois le contact mis, le moteur en route, la lumière allumée, il est temps de partir en direction de votre premier arrêt. Pour vous aider votre GPS vous indiquera toujours le chemin. Il demandera tout de même un mini temps d’adaptation car la flèche du GPS ne va pas toujours vers le haut.
Votre premier arrêt est en vue, à quelques mètres. Hop, clignotant à droite et on se stoppe sur le marqueur. Chaque arrêt fonctionne comme suit : Vous devez vous placer sur le marqueur au sol, mettre votre frein d’arrêt (sorte de frein à main), abaisser le bus et ouvrir les portes.  Chaque étape bien réalisée y compris le clignotant vous donnera des points supplémentaires.

Vous devez rendre la monnaie à vos clients

Vous devez rendre la monnaie à vos clients

Vos premiers clients montent dans le bus, certains ont déjà un ticket d’autres vous en demandent. Vous devez donc enfiler votre casquette de caissier. On se dirige alors vers la caisse. A partir de là vous devez respecter la demande du client. Par exemple un aller simple normal, un aller simple senior ou encore deux pass hebdomadaires étudiants. Les prix varient bien entendu en fonction de l’achat. Vous devez donc sélectionner le bon produit et votre client vous paiera… à vous de faire la différence. Mais attention, le jeu ne vous indique pas combien vous devez rendre, c’est à vous de le calculer et gare à la gaffe. Exemple, vous devez rendre 2,80€. A partir du moment où ces 2,80€ seront posés,le client les récupère MAIS si vous vous trompez et rendez 3€ le client les prendra quand même et vous aurez donc vendu votre ticket moins cher que prévu. Evidemment cela ne marche pas si vous cherchez à rendre moins de monnaie que prévu.

Une fois tout le monde à bord et avec un ticket, opération inverse, on ferme les portes, remonte le bus et repart. Ce qui est un peu vicieux, c’est qu’au moment où vous êtes arrivé à un arrêt, le décompte du retard pour le prochain commence. Si vous mettez du temps à rendre de la monnaie ou autre, vous risquez de prendre du retard qui vous sera reproché en termes de points. Autre facteur de retard les aléas « techniques ». Dans certains cas la porte du bus peut avoir des difficultés à se fermer, vous devez donc vous lever et aller la fermer manuellement. Dans d’autres cas, il s’agit d’un usager qui gêne la porte ou encore vous devez aller abaisser la rampe pour permettre à un fauteuil roulant de monter ou descendre.
Tous ces facteurs poussent au retard mais rendent le jeu plus vivant, plus réaliste et plus immersif.

Au niveau de la conduite en elle-même, le jeu n’a pas à rougir par rapport à d’autres et se veut un peu plus arcade, on sent peu la lourdeur du bus, le point primordial sera de faire attention à sa taille pour ne pas monter sur les trottoirs. La prise en main se fait donc facilement, sur les deux périphériques que nous avons utilisés : une manette Xbox One et un volant LOGITECH Driving Force GT.b

Des événements aléatoires peuvent avoir lieu

Des événements aléatoires peuvent avoir lieu

Toujours concernant la conduite : le code de la route et l’environnement. Qui dit simulation dit respect du code de la route. Hors de question de griller un feu, le respect des céder le passage lui aussi de rigueur. Si le premier vous vaudra une amende le second vous donne 90% de chances d’avoir un accident à la clé et là encore ça coûte cher. L’IA est plutôt bien fichue, les piétons savent correctement s’arrêter aux feux, s’ils vous voient arriver ils ne se jetteront pas sous vos roues. Si vous êtes loin ils prendront la décision de traverser, vous obligeant à ralentir ou dans certains cas vous arrêter. Les véhicules quant à eux sont du même genre. Ils ne font pas tout et n’importe quoi et ne tenteront pas le diable que ce soit entre eux ou face à vous. Il y même des véhicules d’urgences qu’il faudra laisser passer et qui là, aussi savent rouler au milieux de la route pour doubler plutôt que de rester bêtement derrière vous.  L’IA du titre est donc un point très agréable qui vient encore ajouter à l’expérience de jeu.

 

Toujours bien regarder avant de franchir un carrefour

Toujours bien regarder avant de franchir un carrefour

Un aspect gestion

Vous devez "gérer" vos lignes

Vous devez “gérer” vos lignes

Dans Bus Simulator 16, vous êtes le patron d’une petite compagnie et à ce titre vous avez tout un pan de gestion à faire. La plupart du temps vous êtes guidé par le mode campagne vous indiquant quoi faire pour passer à la suite. Mettre en place une nouvelle ligne avec tels et tels critères, acheter un nouveau bus ou encore engager un nouveau chauffeur. Car oui vous n’êtes pas seul. Différents chauffeurs opèrent sur les autres lignes pendant que vous roulez aussi. Ces derniers vous rapporteront de l’argent et seront plus ou moins efficaces selon leur niveau. Tout se fait assez facilement via une carte de la ville. Ville dans laquelle vous débloquez les différents quartiers en réalisant les objectifs qui vous sont fixés et qui permettent ainsi votre évolution.

L’aspect gestion fonctionne bien mais est toutefois un peu limité. Dommage, il y aurait des mécaniques intéressantes à mettre en place pour rendre un peu moins simplet. Notons qu’il est également possible de customiser ses bus : changer leur couleur, mettre des logos ou encore des pubs qui vous rapporteront de l’argent.

Au niveau des bus justement on a le choix. Deux portes, trois portes, articulé, rampe automatique etc. Plus votre carrière évolue et que vous gagnez en niveau plus vous en débloquez…encore faut-il avoir les moyens de vous les payer.

 

En français SVP !

Visuellement le titre est assez perfectible

Visuellement le titre est assez perfectible

Premier point que l’on note techniquement, c’est que le jeu est intégralement en français, contrairement à beaucoup de jeux du genre. Seules les voix restent en anglais. Il est donc tout à fait possible de comprendre pour les anglophobes.

Au-delà de ce bon point, le jeu n’est pas extra. Visuellement bien il se situe au-dessus de la moyenne du genre. Il mériterait un petit coup de polish pour améliorer tout cela. Bien entendu me direz-vous, les jeux de simulations ne sont pas joués pour leurs graphismes, et c’est bien vrai.

Niveau audio, le jeu est très propre, on peut entendre les passagers discuter de tout et rien dans le bus. Nous remercier ou encore râler. Les développeurs ont même inclus que les sons extérieurs soient plus forts quand les portes sont ouvertes.

Enfin, notons qu’il y a un mode multijoueurs permettant que vos amis soient actionnaires de votre compagnie ou qu’ils roulent sur vos trajets afin de rapporter de l’argent à la boite.

 

En bref'

InGameFantomeGrand (2)

Astragon Entertainement avec son développeur ont su faire de Bus Simulator 16, un titre plutôt réussi. La conduite est plutôt agréable entre la simulation et l’arcade. Les mécaniques fonctionnent bien et poussent l’immersion. L’IA est clean. Le jeu mériterait toutefois d’avoir un peu plus de mécaniques et de possibilités en terme de gestion afin de le rendre moins simplet à ce niveau-là.
Bus Simulator 16 n’en est toutefois pas moins un jeu qui saura intéresser les fans de simulation sans rebuter les joueurs plus occasionnels du genre.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire