Tests

Deponia

Avatar
Écrit par Iblis

Test PS4. Existe aussi sur PC

Voilà plus de 4 ans que le premier opus de Deponia est sorti chez nous. Premier d’une quadrilogie Point’N Click devenue mythique grâce au talent des gars de Daedalic Entertainment, le soft ressort maintenant sur PS4 via un portage HD. Ce test n’aura pas pour vocation de traiter le jeu en lui-même, mais plutôt de voir ce que valent aujourd’hui les premières aventures de Rufus pour qui ne s’est jamais essayée à la série.

 

Welcome back to Deponia

Typiquement le genre d'endroits où il est désagréable de se déplacer à cause de la lenteur de Rufus...

Typiquement le genre d’endroit où il est désagréable de se déplacer à cause de la lenteur de Rufus…

Pour mémoire, la saga Deponia vous met dans la peau de l’ingrat et pouilleux Rufus, anti-héros par excellence qui rêve de quitter sa planète-poubelle qu’est Deponia. Sa destination de rêve : Elysium, cité-flottante dont on dit qu’il est impossible d’y revenir si l’on a chuté sur la planète éponyme. Au bout de plusieurs tentatives, notre protagoniste arrive à atterrir sur un croiseur élyséen mais en rechute assez vite, accompagné de Goal, une charmante élyséenne. La suite, ce sera à vous de le découvrir mais sachez que l’égo surdimensionné de Rufus sera mis à rude épreuve.

Le premier constat est qu’à ce prix, on aurait aimé avoir l’intégralité de la saga sur PS4. En effet, les autres opus ne sont pas encore disponibles sur le PSN à l’heure où j’écris ces lignes et pour peu que l’on accroche à l’histoire, on a hâte de connaitre la suite. Même si l’histoire du premier Deponia se suffit à elle-même, elle laisse en suspens des tas de questions… Surtout quand on sait que plusieurs suites attendent derrière. En fait, on pourrait aujourd’hui comparer cette série à l’une de celles de Telltale au format épisodique. En bien plus dur et loufoque, cela dit…

 

Les décors, tous fait mains, sont encore aujourd'hui de toute beauté !

Les décors, tous fait mains, sont encore aujourd’hui de toute beauté !

 

Chaos on Deponia ?

La cité flottante d'Elyseum, le but ultime de notre anti-héros.

La cité flottante d’Elysium, le but ultime de notre anti-héros.

En effet, le titre reste aujourd’hui assez difficile de par son aspect loufoque. Si vous ne partez pas du principe que le monde-poubelle fourmille de personnages et objets étranges et illogiques, vous ne réussirez pas à passer certaines énigmes ardues pourtant propre au genre Point’N Click. Et c’est bien là la principale difficulté du titre, car le game over est impossible et les choix de dialogues sont en réalité de faux choix qui ne changent jamais rien à l’histoire, ils vous laissent juste le soin d’avoir plus ou moins de dialogues et de background. Un autre aspect qui peut également rendre « difficile » le jeu est la lenteur de Rufus. Autant ses actions sont rapides et souvent drôles, autant le personnage se déplace avec une lenteur inégalée. Si cela passe encore en intérieur ou dans des plans restreints, les plans larges sont un calvaire à parcourir.

On aurait aimé que ce portage corrige le problème, car les déplacements cassent totalement l’immersion et Rufus ne peut absolument rien faire d’autre en attendant. Dommage. A part ça, le jeu reste plutôt beau pour un jeu d’il y a 4 ans, merci les décors et personnages réalisés à la main ! Sinon, le portage n’apporte rien de plus, pas de bonus supplémentaires, quedal, nada. On aurait aimé quelques ajouts sympathiques, mais on ne râlera pas sur le fait que le gameplay à la manette est plutôt bien fichu, même si pour le coup le déplacement du curseur au stick est bien loin d’égaler celui à la souris.

 

En bref
InGameFantomeGrand (3)
En voilà un portage flemmard ! Si Deponia vous dépaysera avec son aspect loufoque et son humour douteux mais qui fait mouche, n’attendez pas une révolution pour cette mouture PS4. Il pourrait même vous surprendre en vous paraissant vieillot sur quelques points, les déplacements de Rufus notamment. Mais ceci étant dit, reste que ce premier opus d’une saga culte, s’il n’est pas le meilleur, vous permettra cependant de vous lancer dans l’aventure incroyable de ce blaireau de Rufus, salopard au grand cœur. En revanche, si vous avez l’occasion de le faire sur PC plutôt que sur console, n’hésitez pas.

 

À propos de l'auteur

Avatar

Iblis

Gamer depuis l'enfance, je suis touche-à-tout et porte dans mon cœur de belles licences telles que Super Smash Bros., Metal Gear, Metroid, Dark Souls (et jeux de cette famille), Batman Arkham, The Legend of Zelda, Final Fantasy, Kingdom Hearts, Halo. Des genres bien différents mais des séries faites avec amour !

Laisser un commentaire