Tests

Dungeons III

Image pour la sortie de Dungeons 3
Rackham
Écrit par Rackham

Test PC

Kalypso Media et Realmforge Studios signent cette année leur troisième opus pour la licence Dungeons nommé simplement Dungeons III. Le titre reprend les bases de la série, à savoir deux gameplays parallèles, le tout bourré d’humour. N’avez-vous jamais rêvé d’incarner le mal absolu ? Celui de la pire espèce avec des pouvoirs magiques, etc ? Alors peut-être que Dungeons est fait pour vous. On vous explique.

 

Le mal est en mal de mal

Chaque mission vous demande de construire un donjon

Il était une fois le mal, protagoniste des épisodes I et II de Dungeons. Malheureusement pour lui maintenant que le bien avait été vaincu sur ses terres, il s’ennuyait. C’est pourquoi il décida d’aller corrompre des contrées lointaines et pour cela il lui fallait un représentant. Qui de mieux qu’une Elfe déjà tiraillée entre le bien et le mal qu’il ne reste plus qu’à faire basculer. Chose faite grâce à l’envoi d’une ombre maléfique.

Votre super méchant dans Dungeons III n’est donc plus le mal absolu mais Thalya, une Elfe désormais rebellée contre son père Tanos et Grimli le Nain.

Toujours concernant la scénarisation, l’ensemble de la campagne est suivie par notre bon vieux narrateur déjà présent auparavant. Narrateur cynique, à l’humour douteux et aux références geeks innombrables. Le jeu va même parfois jusqu’à se moquer de lui-même, de ses personnages ou même de ses développeurs. Comme à son habitude (cf. Tropico) Kalypso fait en sorte que tous les doublages soient aussi dans la langue de Molières quitte à revoir des passages de texte comprenant des références ou un humour bien loin de nous, petits français.

 

 

Investir un donjon

La défense du donjon peut vite s’avérée… bordélique ?

Niveau Gameplay on reprend les bases. Le titre se découpe en deux grandes mécaniques distinctes, la première : la création et la défense de votre donjon. Et la seconde : les sorties en extérieurs style MOBA.

La première partie est un classique. Vous ne donnez pas d’ordre direct à vos unités aussi bien pour défendre que construire. Vous désignez des zones à creuser et vos larbins s’exécutent. Pour faire évoluer votre donjon vous devez construire différentes salles telles que des dortoirs, des élevages de dindons pour nourrir vos troupes, ou encore de quoi stocker votre mana.

Mais comme vous pouvez-vous en douter, le bien ne compte pas vous laisser faire et enverra des excursions dans votre antre. Il faut alors que votre cœur de donjon soit protégé, sinon c’est la fin de la partie à sa destruction. Pour cela vous devez installer tout un tas de pièges à conditions d’avoir les ressources nécessaires. De l’or mais aussi des caisses de matériel créées par vos larbins.

Dungeons III comporte plusieurs  « monnaies » que vous récoltez de différentes manières et qui ne servent pas aux mêmes choses. Tout d’abord l’or, que vous trouvez en minant. Il sert aussi bien à payer les salles de votre donjon qu’à donner un salaire à vos troupes ou encore effectuer certaines recherches. Recherches qui pour certaines se débloquent grâce à une seconde monnaie nommée les “Géhennes”. Pour la récupérer il faudra aller à l’extérieur et prendre le contrôle de zones précises sur la carte. Enfin, le mana. Vos héros effectuent des incantations pour en récupérer bien que vous puissiez en miner également. Ce dernier sert à lancer des sorts en tous genres.

 

Vous avez la possibilité de faire des recherches

 

Répandre le mal, tel est votre mission

Répandre le mal à l’extérieur, telle est votre mission

Parce que construire un donjon maléfique ne suffit pas, Thalya compte bien aller… poutrer (?) Tanos, son père et Grimli. Et forcement depuis un donjon c’est plus compliqué. C’est pourquoi, à chaque mission vous avez des objectifs à l’extérieur. Souvent il sera question d’aller détruire tel truc ou tuer tel bonhomme. Pour ce faire, le jeu ressemble plus à un MOBA. Vue du dessus, vous donnez des ordres directs à vos troupes maléfiques. Corps à corps, à distance, soin, plusieurs sont disponibles. Certaines unités ont même des compétences annexes comme des sorts de dégâts de zone, etc.

 

Enfin, les sorties à l’extérieur sont souvent l’occasion d’utiliser vos pouvoirs. Pour cela, il vous faut du mana et avoir débloqués les sorts que vous souhaitez utiliser. Là aussi on reste sur quelques choses de classique. Dégâts de zone, power up, ou encore retour au bercail rapide si les choses tournent mal.

 

Le mal était en fait un cartoon

Visuellement le jeu ressemble à un dessin animé, un cartoon où les licornes gambadent gentiment avant de se prendre un coup de massue de la part d’un troll. Là aussi, le visuel colle parfaitement à l’esprit de dérision de l’ensemble. Une cohérence parfaitement maitrisée par l’équipe de direction artistique et des « narrative designers ».

En matière de son on notera en revanche quelques musiques un peu répétitives mais dans l’ensemble elles restent assez discrètes et même assez en arrière-plan par rapport au narrateur et aux dialogues des personnages qui sont d’ailleurs très bien doublés.

 

En bref

Dungeons III s’en tient à ce qu’il sait faire et la recette n’a pas changé depuis le second opus. D’ailleurs c’est peut-être ça qui pèche un peu. Mais à contrario, le titre est toujours aussi drôle et nous entraine sans difficulté dans sa trame narrative et son ambiance féerique/maléfique décalée.
Un opus qui devrait ravir les fans de la série et qui permet aussi aux néophytes de s’y coller. On espère en revanche, que Realmforge Studios changera quelque peu la recette s’il y a un prochain épisode.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire