Tests

F1 2018

F1 2018
Rackham
Écrit par Rackham

Disponible sur

"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 1
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 2
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn

Date de sortie : 24 août 2018

Chaque année Codemasters revient avec le nouvel épisode de sa licence Formula One. Cette année n’y déroge pas puisque nous avons le droit à F1 2018. Si vous connaissez la licence alors vous savez à quoi vous attendre. Une nouvelle fois, pas de prise de risque mais une belle mise à jour.

On reprend et on recommence une carrière

F1 2018 19
L'arceau central fait son arrivée

La série Formula One est réglée comme une horloge. Chaque année elle sort au rythme des étés mais surtout au rythme de la saison de F1 de l’année. Le titre nous met dans la peau d’un pilote avec un mode carrière toujours plus travaillée.

Vous le savez, F1 2018 nous propose de créer notre propre pilote et de le faire courir dans une écurie de notre choix. Vous vous retrouvez alors propulsé dans le monde de la monoplace à enchainer le trio essais, qualifications et course. 

Selon vos configurations, ces étapes peuvent être plus ou moins longues et peaufinées à votre manière grâce à myriade de paramètres afin d’accentuer ou non le réalisme dans la simulation. Le jeu s’adapte donc aussi bien à des joueurs néophytes qu’à ceux plus avertis, cherchant sensations et simulation.

Comme chaque année la licence se pare des nouvelles réglementations de la FIA. Cette année signe l’arrivée des moteurs hybrides et donc de l’ERS (la gestion des batteries) et du fameux halo entourant les pilotes. D’ailleurs les développeurs de F1 2018 nous offrent une nouvelle caméra pour contrer le problème de visibilité. Celle-ci est légèrement sur le côté et en hauteur. De plus, Codemaster propose aussi une option pour purement et simplement masquer la colonne centrale

F1 2018 5
L'IA bataille plus qu'auparavant
F1 2018 12
La météo dynamique est toujours présente

La carrière est aussi signe d’améliorations type « gestion » plutôt sympa. C’est d’abord le retour des interviews qui ont lieu durant les week-end. Vos réponses influencent le moral des équipes et donc leur travail de R&D. C’est aussi la gestion de contrat qui vient étoffer le tout, vous permettant de négocier vos conditions et récompenses en fonctions de vos objectifs. Un ajout roleplay et donc immersif plutôt intéressant et bien foutu.

Enfin, on retrouve toujours les courses légendes où, cette fois-ci via des défis (en carrière), vous pilotez des monoplaces allant des années 70 à 2000. Toujours un véritable plaisir de retrouver les sons de moteurs et des conduites toutes particulières à chaque monoplace.

Une simulation de plus en plus poussée

Même si les changements ne sont pas toujours flagrants, Codemasters peaufine son bébé d’année en année. Usure des pneus, des pièces, gestion du carburant et maintenant de l’ERS tout y passe. Encore plus que pour sa version 2017, vos devez garder un œil sur tous les paramètres au risque de ne pas finir la course.

Pour pousser le vice, Codemasters a étoffé son système de R&D pour offrir un arbre d’amélioration propre à chaque écurie. Et ça, c’est un plaisir ! En effet, cela crée une plus grande disparité entre les teams et donc un impact plus important au terme de la saison.

L’intelligence artificielle elle aussi s’améliore, la rendant plus hargneuse et combative. Les pilotes se laisseront moins facilement dépasser ou batailleront pour reprendre leur place. Bien entendu, la casse reste possible que ce soit de leur côté ou du votre. L’IA s’améliore mais reste tout de même encore quelque peu sur des rails parfois au millimètre près et aura parfois même tendance à se rabattre sur vous selon son pathfinding.

F1 2018 2
La recherche est toujours de la partie mais s'étoffe

Le pilotage de sa monoplace ne change pas du tout au tout mais lui aussi s’améliore. Le risque est plus présent qu’avant, le véhicule colle moins au sol. Le jeu de suspension sur les vibreurs y est d’ailleurs pour beaucoup. L’impact des dégâts est lui aussi amplifié. Bien que tout à fait jouable à la manette (Xbox One ou PS4) on préfèrera tout de même jouer avec un set volant-pédalier qui, offre bien plus de précision aussi bien dans la direction que l’accélération et le freinage.

Un multijoueur basé sur le scoring

Le multijoueur lui aussi s’est vu amélioré avec un système de notation des joueurs. Mieux vous conduisez sans faire d’incident plus haut sera votre indice de pilotage. Il est donc possible de distinguer à l’avance les joueurs « bourrins » des autres. Aussi, le titre offre un meilleur matchmaking qui est fonction de votre niveau, ainsi on joue avec des joueurs qui sont dans notre tranche de difficulté et c’est bien mieux !

Fantome Very Happy

En Bref

Codemasters continue sur sa lancée. On pourrait croire qu’en temps que leader du jeu de F1 le développeur et éditeur se repose sur ces lauriers mais en réalité ce n’est pas le cas. Pour les néophytes, ces changements peuvent paraitre minimes et pourtant ils ont un véritable impact sur la conduite, l’immersion et l’ensemble du titre. F1 2018 s’impose une fois de plus comme maitre du circuit.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire