Far Cry 5, bienvenue à Hope County – Ingame.fr
Tests

Far Cry 5

Far Cry 5 1
Rackham
Écrit par Rackham

Disponible sur

"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 1
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 2
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn

Date de sortie : 27 Mars 2018

Après un épisode sorti en 2014 nous emmenant dans un pays lointain dirigé par un dictateur qui n’en fait qu’à sa tête, Far Cry 5, le dernier bébé d’Ubisoft nous envoie dans un pays en apparence plus familier. Au menu chasse, secte fanatique, drogue et endoctrinement, un cocktail qui semble explosif. Far Cry 5 est-il une réussite ? Est-il signe d’un renouveau pour une licence qui a déjà fait ses preuves ?

Bienvenue dans le Montana

Le Montana, sauvage et en apparence paisible...

Far Cry 5 nous emmène en balade dans le Montana, un état plutôt sauvage du nord-ouest des USA. On y découvre Hope County, un lieu en apparence calme et où il fait bon se ressourcer. Mais c’est sans compter Joseph Seed, ses deux frères John et Jacob et sa sœur spirituelle Faith. Tous les quatre sont les leaders de Eden’s Gate dont Joseph en est le saint père.

Une secte dévouée à dieu qui croit en la fin du monde et en la repentance de grès… ou de force. En réalité Hope County est loin d’être un endroit paisible, il s’agit plutôt d’un lieu où la secte règne en maître sans aucune confrontation de la part de la police ou de l’Etat. La drogue, les armes, l’endoctrinement, la violence et la peur y sont donc légions pour les habitants.

Dans tout ce merdier nous jouons « l’Officier » notre personnage n’a pas de nom et ne parle pas. Nous sommes une nouvelle recrue et sommes chargé d’accompagner un Marshall pour procéder à l’arrestation de Joseph. Arrestation qui, vous vous en doutez, va tourner au vinaigre…

La bonne vieille recette du Far Cry

Les game designers n’ont pas réinventé la poudre, ils ont repris la recette de Far Cry que tout le monde connait en y apportant tout de même quelques modifications. On retrouve donc un monde ouvert découpé en trois zones accessibles à tout moment, des camps à libérer, des ennemis un peu partout, des trucs à faire exploser, des otages à libérer et j’en passe.

Là où le système de jeu devient un peu différent c’est à la fois sur les quêtes et les relations avec les pnj. Effectivement, si le principe d’aller voir un pnj pour avoir une mission existe toujours, il n’est plus synonyme de lancement de la mission elle-même. On peut très bien la garder dans un coin pour plus tard. De plus, beaucoup de personnages lambda seront là pour nous rencarder sur la présence de camps ou encore de caches d’armes à aller découvrir et piller.

Les moyens de gagner de l'influence dans une zone sont nombreux

En réalité, Far Cry 5 change tout son rapport au scénario. On est un peu plus sur un système de « mission à la demande ». Ces dernières ne semblent pas toujours avoir un réel impact sur l’avancée scénaristique comme on pouvait le trouver auparavant. Elles s’apparentent presque à des quêtes secondaires. Non, là, on fait une mission, qui de prime abord n’a pas toujours d’intérêt particulier. La réussite de cette mission va nous donner des points. Quand nous avons assez de points, la mission de fin de zone se lance. Comme quasiment toutes les actions nous rapportent des points nous ne sommes pas obligé de nous y prendre de la même manière et donc pas tenu de faire toutes les missions principales d’une zone ou libérer tous les camps, etc.

On croise tout de même quelques personnages loufoques

Le tout est entre-coupé de missions qui se déclenchent automatiquement. Ces dernières nous en montre un peu plus sur les grands méchants de Far Cry 5. Des missions totalement scénarisées comme on peut les connaître et loin d’être les plus inintéressantes. Le problème c’est que ces missions semblent arriver comme un cheveu sur la soupe sans qu’on sache vraiment pourquoi et c’est bien dommage.

Pour finir sur le système de mission, oui les game designers ont essayé de changer la donne. Le joueur est moins guidé et l’axe scénaristique n’est pas aussi présent dans la plupart de nos actes que ce qu’on pouvait trouver auparavant. Dire que cela est une réussite ce n’est pas facile. Les joueurs cherchant une plus grande liberté y trouveront leur compte. En revanche, ceux qui cherchent à être plus guidé, avec une scénarisation assez présente et un développement des personnages conséquent auront plus de mal à accrocher.

Des activités à la Far Cry

La coop donne une autre dimension au titre

Pour le reste, je l’ai évoqué, on ne change pas vraiment la recette du cocktail qu’est la licence. Le monde est rempli de camps à libérer. Il y a tout un tas de lieu à faire exploser, de convois à attaquer ou encore de caches à trouver. Comme à l’accoutumée, on trouve un système de classe d’ennemi avec ses points faibles et ses résistances auxquels nous devons nous adapter.

Un système de compétence basé sur des points que l’ont gagne avec nos actions nous est proposé. Il est possible de dépenser ces derniers dans 4 catégories de compétences. Plus de munitions en tout genre, utilisation de wingsuit, vie supplémentaire, loot amélioré il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Même si les choix ne sont pas très impactant car il est possible de toutes les obtenir sur le long terme.

Le système de craft reste très proche de ce qu’on connaissait mais devient plus « modernisé ». S’il est encore question de chasse, il n’est plus question en revanche de l’utilisation des peaux, celles-ci sont uniquement dédiées à la revente. Pour la fabrication d’objets et de boosters, il faut donc trouver tout un tas de ressources en lootant les coffres, les bâtiments et les cadavres que vous laissez sur votre route.

La revente, le loot et les missions vous permettent d’obtenir de l’argent. Argent que vous pouvez dépensez dans des armes et leurs améliorations mais aussi dans des véhicules. Hélicoptères, avions, voitures, bateaux ou encore camions ou quads. Vous en avez pour tous les goûts. Des sportifs, des équipés d’une mitrailleuse ou encore de bombes et roquettes. Il y a largement de quoi vous faire plaisir dans les boutiques. Un petit plus sympathique qui vous permet en quelque sorte de personnaliser un peu votre partie.

La personnalisation et l'achat d'armes et véhicules un apsect sympa

D’ailleurs en parlant de personnalisation, Far Cry 5 est le premier du nom où vous avez un créateur de personnage. Dès le début de l’aventure vous pouvez le définir parmi des éléments pré-créé. Plus tard, vous avez la possibilité d’acheter de nouvelles tenues pour rendre « l’officier » plus badass que jamais ou bien à contrario plutôt redneck…

Enfin, on notera la possibilité de faire l’ensemble de la campagne avec un ami en coop en plus des pnj qui sont aussi là pour vous aider (même s’ils restent souvent anecdotiques). Un point plutôt sympathique même si cela ne change pas fondamentalement le titre, cela apporte une autre dimension et d’autant plus de fun.

Far Cry Arcade

Far Cry 52018-4-7-17-32-24

Far Cry s’embellit de Far Cry Arcade. Un monde où solo, coop et multijoueur compétitif se côtoient au travers de cartes créées par Ubisoft et la communauté. Des cartes bien éloignées de l’univers proposé par le titre mais parfois extrêmement travaillées. On se retrouve alors en pleine ville, montagne, dans un style post-apo ou que sais-je encore. Les objectifs en solo et coop sont divers, s’échapper ou bien encore éliminer tous les ennemis avec diverses classes de personnages données. En multi-compétitif on retrouve les modes de jeu habituels. C’est sympathique, mais on ne va pas se le cacher, ce n’est pas pour son multijoueur qu’on retiendra Far Cry 5. 

Un bien joli comté

Quelques bugs se promène mais dans l'ensemble Far Cry 5 est une réussite technique

Far Cry 5 et son moteur Dunia arrivent à faire des choses bien sympathiques. Visuellement le jeu est très propre et surtout optimisé correctement. Les effets de lumière et la distance d’affichage sont carrément un plus nous permettant de voir au loin les paysages qui nous sont offerts. On regrettera en revanche des ennemis, des véhicules comme les avions, qui ont la sale habitude d’apparaître un peu n’importe comment.

Coté IA, on se contente de celle de Far Cry. A savoir une IA qui ne va pas bien loin. Elle sait se cacher, vous éviter mais vous n’avez guère de difficulté à vous en débarrasser. De toute manière en jouant à Far Cry 5 ce n’est pas la difficulté qui est à rechercher mais plutôt le fun et le bordel général que vous pouvez y retrouver.

Fantome Very Happy

En Bref

Far Cry 5 est une réussite si on cherche l’action et le fun. Les méchants y sont plutôt emblématiques bien que, scénaristiquement, le tout ne soit peut-être pas assez travaillé pour celui qui cherche quelque chose de plus abouti. Le système de quête assez différent de l’accoutumé y est pour beaucoup. Il permet une grande liberté. En réalité, Far Cry 5 est surtout là pour donner une bonne dose de fun, de destruction et d’humour. L’univers est rempli de référence et le jeu se paye même le luxe de l’auto-dérision totale.
Far Cry 5 s’en sort donc haut la main et atteint les objectifs chers à la licence.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire