Tests

Kingdom Come: Deliverance

Kingdom Come: Deliverance 6
Rackham
Écrit par Rackham

Disponible sur

"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 1
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 2
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn

22 Janvier 2014 Warhorse Studios encore pas ou très peu connu lance sa campagne Kickstarter pour financer Kingdom Come : Deliverance (KCD), un RPG médiéval réaliste. Le studio promettait alors un jeu sans fioriture magique, sans dragon ou autre rune. Un mois plus tard, ce n’est pas moins de 35 384 contributeurs qui ont financé le jeu à hauteur de 1 106 371 £ (1 239 578 €). Quatre ans plus tard et sans jamais lâcher sa communauté Warhorse Studios sort enfin Kingdom Come : Deliverance de son fourreau. Qu’en est-il de toutes ces promesses ?

Anno Domini 1403

Kingdom Come: Deliverance 2
Skalice, un petit bourg calme régit par un seigneur

Tout d’abord, petit cours d’Histoire pour replacer le contexte de l’aventure de KCD. Nous sommes propulsé en l’an 1403, l’Europe et particulièrement l’Est est en proie à une guerre opposant divers rois souhaitant s’octroyer toujours plus de terres et de pouvoir. En effet le Roi bien aimé de Bohème est mort, son fils Venceslas IV prend alors sa succession. Mais il n’a pas les épaules pour gouverner, il est bien trop occupé à festoyer. 

C’est alors que Sigismond, son demi-frère, décide de le kidnapper et de prendre la couronne. La guerre est déclenchée entre les vassaux fidèles de Venceslas et ceux de Sigismond.

Henry, fils de forgeron

Vous dans tout cela vous jouez Henry (Hal de son petit nom). Vous vivez dans le petit bourg de Skalice. Fils de forgeron, vous y menez une vie paisible d’adolescent de l’époque. Le tout dirigé par le seigneur Radzig. Tout ce passage vous servira a apprendre les bases de ce RPG à la première personne. A savoir les conversations, les différentes actions ou quelques notions de combat. 

Tout va bien jusqu’au jour où Skalice est réduit en cendres, vos parents meurent sous vos yeux et vous n’avez d’autre choix que de vous enfuir dans le comté voisin prévenir le seigneur. C’est là que toute votre épopée va réellement commencer. Le tout dans un monde ouvert de 16km².

Un RPG offrant la liberté

Kingdom Come: Deliverance 13
Libre à vous de vous lancer dans vos quêtes

Comme tout RPG qui se respecte Kingdom Come : Deliverance offre un système de quêtes principales et secondaires. Si rien ne parait très innovant de prime abord, c’est dans l’approche de leur réalisation que le tout devient réellement intéressant. Vous avez par exemple un objectif de base comme « Traquez les bandits » ou « quittez la ville ». A partir de là vous êtes libre de la manière de le réaliser. Pour le premier, vous pouvez très bien y aller en solitaire, les laisser s’échapper ou encore aller chercher du renfort. 

Pour le second, la solution la plus évidente sera peut-être de vous faire passer pour quelqu’un d’autre, mais vous pouvez très bien décider de sauter par-dessus les protections et faire un sprint.

C’est en ça que KCD offre un système guidé mais pas tout à fait quand même. Les objectifs sont là pour vous faire avancer dans votre histoire comme un fil conducteur mais rien n’est gravé dans le marbre et votre première idée peut très bien s’avérée être un échec ou bien au contraire réussir parfaitement.

Et pour que cela fonctionne le système de conversation y est pour beaucoup. En effet, outre vos actions (sauter plutôt que de trouver une couverture), le système de conversation influe grandement sur votre aventure. Souvent plusieurs choix s’offrent à vous se rapportant à votre force, votre charisme ou encore votre empathie. Selon votre façon de jouer vos chances ne seront pas les mêmes en fonctions des choix de réponse. 

Kingdom Come: Deliverance 25
Vous avez plusieurs choix dans vos conversations

Warhorse Studios est même allé encore plus loin puisque même votre choix vestimentaire a un impact sur ces valeurs. Ainsi, avec une armure bien entretenue vous inspirez plus facilement la force et la peur face aux autres personnages.

Un RPG intransigeant

Point de dragon, point de magie, KCD se veut être un RPG médiéval réaliste et pour se faire, il est plutôt intransigeant. Système de faim, de blessures, de stamina, de sommeil ou encore gestion de l’alcool ou du poison son au rendez-vous. Tant de chose à gérer, il faudra surveiller sans cesse de ne pas être en rade de nourriture, quitte à en voler si vraiment c’est la dèche.

Kingdom Come: Deliverance 1
Le combat ne laisse pas place à l'erreur

Mais le système le plus compliqué à gérer reste le combat. Un système de combat vous demandant précision, tempo et patience. Vous n’êtes pas dans un Beat’Em All, le combat de KCD est lourd et lent. Ce dernier vous permet de choisir où asséner vos coups, ce qui a bien entendu toute son importance pour surprendre vos ennemis.
Mais pour les enchainer il vous faudra assez de stamina dont le maximum diminue à chaque fois que vous prenez des dégâts. Il faut donc apprendre à parer. Et si l’objectif s’avère plutôt réalisable contre un seul ennemi, il en retourne d’une autre paire de manches face à plusieurs. Cela est bien entendu régit par votre équipement de combat mais aussi par vos aptitudes à vous battre à savoir votre force ou votre agilité, mais aussi vos capacités dans le maniement des armes.

Système d’inventaire et de compétences

Kingdom Come: Deliverance 20
Le système de compétences est bien fichu

Le système d’inventaire de Kingdom Come : Deliverance est très classique. Votre principale limite sera le poids que vous avez la possibilité de porter. Si vous le dépassez il vous est impossible de vous déplacer rapidement et d’être agile au combat. Chaque élément a donc une notion de poids mais aussi des caractéristiques qui leur sont propres. 

Par exemple la nourriture a un système de péremption, les armes et vêtements un système d’usure et de salissement. Ces deux derniers éléments influent d’ailleurs sur la perception des autres à votre égards.

De son coté le système de compétences est assez fourni. Il est en réalité découpé en trois parties, les statistiques se rapportant à la force, l’agilité, l’éloquence ou encore la vitalité. Il y a les compétences de combat telles que l’épée, l’arc, etc. et enfin une dernière catégorie sobrement appelée « compétences » se rapportant à la chasse, le crochetage ou encore l’équitation. Dans tous les cas le fonctionnement est le même. Plus vous mettez en pratique ces divers éléments plus vous gagnez de points dedans
A chaque niveau vous gagnez un point vous permettant de débloquer une caractéristique. Ces derniers ont des atouts comme des inconvenants. Par exemple concernant l’alcool vous pouvez choisir de très bien supporter la bière vous donnant un bonus mais à contrario très mal supporter le vin vous donnant alors un malus. Un système plutôt intéressant et encore une fois assez intransigeant car si vous ne pouvez que monter en compétence il vous demande tout de même de faire des choix face à des bonus et des malus.

16km² de liberté

KCD nous offre une carte de pas moins de 16km² le tout remplit de paysages à observer, de villages et villes à visiter. Pas de doute, un énorme travail a été réalisé sur les environnements pour les rendre réalistes. En pleine campagne pas question de croiser un pnj tous les 300m, peut-être croiserez vous une ferme mais bien souvent vous aurez champs, forets, ruisseau et autres collines verdoyantes à admirer. Dans les villes les plus importantes, vous trouvez tout ce qu’il vous faut pour acheter de l’équipement, de la nourriture ou simplement vous héberger, voire vous payer du bon temps.

Pas de doute Warhorse Studios a su transposer toute une époque pour avoir l’impression d’y être. Ici point de château démesuré, même les riches seigneurs nous paraissent pauvres, les villes les plus grandes sont en réalité bien petites. Oubliez donc les cités, en 1403 l’échelle de population n’est pas la même.

Pour pousser le délire encore plus loin, le studio à particulièrement travailler son système de météo dynamique et de cycle jour/nuit. L’Unreal Engine fait un travail de dingue, il est quasiment possible de savoir l’heure en jeu rien qu’avec la position du soleil.

Kingdom Come: Deliverance 23
Il est possible de faire des déplacements rapides

Malheureusement encore à l’heure actuelle (le 03 mars) le jeu n’est pas exempt de défauts. On croisera de nombreux bugs aussi bien dans la localisation, que dans le suivit des quêtes. Nous sortant alors de notre immersion et nous ramenant en Anno Domini 2018. De plus, KCD n’est toujours pas parfaitement optimisé, même sur des machines puissantes le moteur peine dans les villes importantes. Le problème de framerate vient aussi s’amplifier lors des combats les rendant alors très brouillons. On notera quand même la régularité des patchs et l’amélioration tout de même significative depuis la sortie.

Fantome Very Happy

En Bref

Warhorse Studios avait promis un RPG réaliste en 1403, le voilà et il se nomme Kingdom Come : Deliverance. Pas de doute le pari est réussi, mais KCD n’est pas non plus à la portée de tous. D’abord parce qu’il est particulièrement lent en termes de rythme dû à son réalisme. Si vous êtes à la rechercher d’un RPG offrant le plein d’action et de moments épiques alors KCD n’est peut-être pas fait pour vous. En revanche si vous êtes féru d’Histoire, que vous souhaitez vivre une aventure réaliste, vous donnant une liberté certaine et un dépaysement de prêt de 600 ans alors sautez sur l’occasion. Car, sur ce biais là KCD est une parfaite réussite. On attend maintenant de voir ce que Warhorse va nous proposer pour la suite.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire