Tests

Lion’s Song

Mathpach
Écrit par Mathpach

Test PC

Lion’s Song est un jeu indépendant d’aventure narratif du studio autrichien Mi’pu’mi Games. C’est le premier titre que développe et édite le studio. Après un premier épisode sur la plateforme Steam nommé “Silence”, le titre se compose de trois autres épisodes intitulés dans l’ordre “Anthology”, “Derivation” et “Closure”. Pour le moment, seulement les deux premiers épisodes sont jouables, les deux derniers étant prévue de sortir en 2017.

  • De la musique… mais pas seulement

    Lion’s Song se comporte comme un Point’N Click. On interagit avec les éléments du décors à l’aide de la souris. Des choix de réponses nous sont aussi donnés pour orienter les conversations. C’est alors un peu à tâtons que l’on débute “Silence”.

    Le vent souffle et la tempête fait rage dans les montagnes autrichiennes

    Le vent souffle et la tempête fait rage dans les montagnes autrichiennes

    Dans la première partie nous suivons Wilma, une compositrice de talent qui doit écrire une partition pour un concert qui arrive prochainement. Rien de très compliqué me diriez-vous. Mais il se trouve que Wilma est en manque d’inspiration. Elle n’arrive pas à aligner deux notes.
    Le but de la séquence consistera à l’aider à trouver son inspiration. Intervient alors une dimension sentimentale : Wilma aime son professeur, Arthur, alors que lui se sert d’elle comme d’une machine à succès. Cet aspect est très important car c’est à travers les plus profonds sentiments de la jeune femme que nous lui rendrons son talent d’écriture.

    La majorité de l’épisode se passe dans un chalet dans les montagnes autrichiennes, là où Wilma ne sera pas dérangée par qui que ce soit. Mais toujours rien… C’est là où nous commençons vraiment à lui être utile. À l’aide de la souris, on lui fait découvrir des croquis, de vielles lettres, etc qui, eux, ravivent des souvenirs, des sensations qui lui inspirent des mélodies.

    La notion de stress est présente aussi. On sent que Wilma est sous pression dans son travail et dans sa vie affective. Dans le jeu, cela se manifeste par des bruits parasites qu’elle entend et qui l’empêche de composer (elle se ferme à toute proposition de notre part, on ne peut plus avancer dans le jeu tant qu’elle n’est pas calmée). La fatigue qu’elle ressent est également un élément symbolique de son mal-être. Durant la partie, plusieurs fois elle est obligée de couper court à son travail pour s’écrouler sur son bureau.

    La conversation bat son plein

    La conversation bat son plein

    En parallèle, l’histoire de la jeune musicienne continue, Wilma reçoit par exemple l’appel d’un certain Leos. La discussion est rythmée par les choix de réponses que vous pouvez donner. Ils n’auront néanmoins pas un grand impact sur le déroulement de l’histoire mais permettent principalement de débloquer des succès.

    C’est dans cet épisode que l’on ressent le plus le lien entre la musique et les émotions de celui qui la compose et par extension, celles que la mélodie fait ressentir à son auditoire.
    La bande son est extrêmement importante dans ce chapitre, la musique étant au centre de l’intrigue en plus d’être magnifique. Celle-ci est vraiment belle et à chaque fois en rapport avec le sentiment que l’on appelle chez Wilma.

  • La peinture laisse place à l’interprétation

    Le deuxième chapitre est également extrêmement poétique et laisse apparaître toute une dimension symbolique, que ce soit dans les décors que dans les dialogues.

    La peur, le doute, le désarroi...

    Le doute, la peur, le désarroi…

    Cette deuxième partie étant centrée sur la vie d’un jeune peintre, on a affaire à une métaphore de la personnalité des modèles de celui-ci. En effet, le jeune homme, Franz, perçoit les “couches” de la personnalité des gens qui l’entoures. Elles sont représentées dans le jeu par des silhouettes imaginaires montrant le personnage concerné sous un autre jour, dans une autre position par exemple. Il se sert de son art pour les saisir tels qu’il les voit et qu’ils sont vraiment.
    Malheureusement, il a des sortes d’absences pendant lesquelles il perd beaucoup de temps sans parvenir à savoir ce qu’il en fait. Il lui manque un quelque chose pour finaliser parfaitement ses oeuvres. Ce manque insuffle la peur et le doute en lui. Car en effet, il ne parvient pas à voir ses propres “couches” et ça l’obsède. Le but pour nous les joueurs, est alors de l’aider à les percevoir au même titre que celles de ses modèles, à se trouver lui-même.

    Entre le lieutenant féru de discipline qui cache un enfant timide et la grande actrice sûre d’elle et droite qui cache une fille jalouse de ses sœurs, la traduction de ses nombreuses personnalités en peinture est une rude épreuve.
    On aura la possibilité d’explorer différents lieux comme l’atelier, le salon ou encore le marché et ainsi faire découvrir à Franz le “vrai monde”, l’aider à trouver ce quelque chose qui lui fait encore défaut. On a également, au travers de la relation que le peintre entretien avec son grand-père, une fenêtre sur sa personnalité à lui avant que lui-même ne se cerne.

    Dans cette partie, les interactions sont bien plus libres que dans la première. Des déplacements sont d’ailleurs possibles mais le cheminement de l’histoire reste très strict et il est impossible pour nous de sortir des sentiers battus.

    On retrouve beaucoup d’éléments du premier chapitre dans celui-ci, par exemple, le premier tableau de Franz que nous voyons est la représentation de Wilma, la violoniste de “Silence”. De la même façon, on à des croquis de Franz comme source d’inspiration pour Wilma quand elle compose.

    Il y a un lien entre l'oeuvre de la musicienne et celle du peintre

    Il y a un lien entre l’œuvre de la musicienne et celle du peintre

  • L’époque des sciences est-elle faite pour les femmes ?

    Enfin arrive le troisième chapitre de Lion’s Song : Dérivation. L’avant dernier épisode du jeu narratif Point’N Click nous réserve encore une histoire profonde au travers d’un personnage qui cherche à réaliser ses rêves dans un monde qui ne lui rend pas la vie facile.

    C'est ici qu'est né Emil

    C’est ici qu’est né Emil

    On suit cette fois les aventures de Emma, une jeune mathématicienne qui cherche à développer une nouvelle théorie sur le changement. Elle a besoin d’aide pour la prouver, elle va donc rechercher l’aide de mathématiciens directement dans leur cercle d’échange nommé le Radius. Seulement… c’est une femme et à l’époque, une femme ne peut décemment pas exercer quelques sciences que ce soit. Une chose est sûre, si vous êtes un tant soit peu féministe vous allez vous arracher les cheveux ! Les personnages mathématiciens qu’elle y rencontre tiendrons tout au long du jeu des discours sexistes.
    Mais, elle trouvera vite un subterfuge pour se faire entendre. Elle se met à s’habiller en homme et prend le nom d’Emil.

    Pendant toute la durée de la partie, Emma devra changer. Parfois en Emil, parfois en Emma, et c’est aussi la base de sa théorie sur le changement. Celle-ci se traduit directement à travers elle. Notre héroïne se bat donc à sa manière contre la vision que les hommes ont d’elle.
    Comme dans les épisodes précédents, le joueur est là pour aider la protagoniste à trouver ses idées et sortir de son état initial du début du jeu. Des graphiques apparaissent à l’écran quand Emma cherche à résoudre un problème. Et c’est au joueur de déplacer le curseur pour qu’elle trouve la solution.
    Il s’en suit alors une joute mathématique, comme il y en a souvent entre universitaires. C’est l’occasion idéal pour Emma/Emil de prouver à la fois sa théorie mais aussi que les femmes sont bien capables de réfléchir.

    Encore une fois, on retrouve des éléments des deux autres épisodes dans celui-ci. Décidément, Wilma, Franz et Emma/Emil sont plus liés qu’on ne peut le penser au premier abord. Les deux premiers personnages font une apparition dans le troisième épisode et Franz, le peintre, va même interagir avec Emil. On retrouve même le personnage de Léos donc la nièce Nikol est la voisine d’Emma. La petite fille prend même Wilma, la violoniste, comme exemple de femme ayant réalisée son rêve et dit ensuite à Emma que rien n’est impossible.

    Le moment où Franz demande à Emil s'il peut le peindre, visible dans le 2ème et le 3ème épisode.

    Le moment où Franz demande à Emil s’il peut le peindre, visible dans le 2ème et le 3ème épisode

  • La fin d’un rêve, le début du changement

    Difficile de trouver où s’asseoir dans le train

    Difficile de trouver où s’asseoir dans le train

    Nous avons finalement le fin mot de l’histoire de Wilma, Franz et Emma. Le dernier épisode du jeu narratif passionnant, Lion’s Song se déroule entièrement dans un train dont la destination nous ai pour le moment inconnue.

    On embarque dans ce train avec un homme. Celui ci aura la possibilité pendant son voyage de discuter avec ces trois compagnons de cabine : Theodor, Otto et Paul. Mais ces trois nouveaux personnages ne sont pas n’importe lesquels. Effectivement il s’agit respectivement de l’un des étudiant d’Emma la mathématicienne, du frère de Wilma la violoniste et d’un faussaire spécialisé dans la reproduction des tableaux de Franz.

    Une page de journal parlant de Wilma, Franz et Emma

    Une page de journal parlant de Wilma, Franz et Emma

    Vous l’aurez peut-être deviné, mais nous auront la conclusion des trois premiers épisodes à travers eux. Dans l’ordre que vous désirez vous commencerez par faire leur connaissance, plaisanter avec eux, etc, en fonction des choix de dialogue que vous ferez. Ensuite, chacun d’eux vous fera le récit de leurs liens avec Emma, Wilma et Franz.
    Comme je l’ai écrit plus haut, Paul connait très bien le travail de Franz, il copiait ses toiles pour les revendre en tant qu’originales. Bien entendu, vous, joueurs, gardez la main sur certaines décisions même dans ces flash-back qui illustrent des passages de la vie des personnages principaux.
    Ensuite, Otto est le petit frère de Wilma. Celui ci raconta alors comment, alors que sa famille est très pauvre, sa sœur à obtenu un violon et comment elle est devenu si célèbre.
    Pour finir, l’élève d’Emma, Theodor explique comment sa professeure à changé la mentalité des sciences. En effet, une jeune fille de sa famille dénommée Maria souhaite s’inscrire en cours de physique. Mais comme c’est quasiment impossible au début du XXe siècle, Emma va l’aider à lui trouver une place.
    Indirectement et par une “heureuse” coïncidence, les trois personnages principaux du jeu se retrouve au même endroit… mais pour une sombre raison…

    Le respect d'un officié envers ses soldats et amis

    Le respect d’un officier envers ses soldats et amis

    Epilogue

    Epilogue

    Malheureusement, les bonnes choses ont une fin… Nos quatre voyageurs arrivent bientôt à leur destination et enfilent leur uniforme militaire… Et de mon point de vu, c’est la partie la plus intéressante de l’épisode, voire même du jeu entier. Ils vont à la guerre.
    Débute alors une série de débat sur le sujet, sur le courage, la naïveté et la lâcheté. Et c’est à vous d’argumenter et de guider le débat comme vous le souhaitez.

    La dernière partie du jeu est comparable à un épilogue. On y retrouve des brides de la vie de Wilma, de Franz et d’Emma lorsque la Première Guerre Mondiale éclate et on y voit son impact.

En bref
On se rend vite compte grâce à “Closure” de l’ampleur de ce que raconte Lion’s Song. On y découvre l’impact de la Guerre sur une époque à peine en éclosion d’un point de vu artistique comme de celui de l’ouverture d’esprit vis à vis des femmes.
Tout dans le titre se joue sur la question de la représentation de la personnalité et des sentiments des personnages au travers des différentes activités artistiques et scientifiques, la musique, la peinture et les mathématiques. En bref, une belle aventure pleine de poésie.
Lion’s Song est très réussi que se soit du point de vu des graphismes que de l’histoire et du message, très émouvant, qu’il envoie aux joueurs. Les graphismes en pixel art minimalistes laissent la place à toute une symbolique autour de l’art et de la quête du soi de tout les personnages, accompagnés d’une musique douce et également porteuse de sens.

À propos de l'auteur

Mathpach

Mathpach

Grande lectrice, cinéphile et amatrice de jeux vidéo, j'affectionne particulièrement les jeux de gestion et de narration mais je reste assez touche-à-tout.
Dessinatrice à mes heures perdues.
Les jeux d'horreur ne me font pas peur... quand la lumière est allumée.

Laisser un commentaire