Tests

Mass Effect Andromeda

Rackham
Écrit par Rackham

On s’est attaqué à Mass Effect Andromeda, le dernier né de Bioware. Andromeda fait suite à la trilogie Mass Effect, alors qu’en est-il ?

Test PC, existe aussi PS4 et Xbox One

Voilà un peu plus de quatre années qui se sont écoulées depuis le dernier Mass Effect (3) sorti en 2012. Après avoir suivi durant la trilogie les péripéties du commandant Shepard et son vaisseau le Normandy, c’est au tour de Ryder à bord du Tempest de prendre les rênes de ce dernier épisode nommé Andromeda. Avec Mass Effect Andromeda il est clair que son développeur, Bioware, était attendu au tournant par les fans de la série. Alors qu’en est-il ; digne suite ou bien ratage total ?

 

Adieu Terre !

Votre mission vous emmène dans la galaxie d’Andromède

ME Andromeda vous donne le contrôle au choix de Sara ou Scott Ryder. Après un menu de personnalisation de votre personnage et sa sœur/son frère (en fonction de vos envies), vous débarquez en plein prologue. La version courte ? Vous faites partie de l’Initiative d’Andromède, une mission organisée dans le but d’aller coloniser les planètes dans le secteur d’Heleus et créer un nouveau berceau de l’humanité. Après 600 ans de stase (un gros dodo forcé) vous arrivez enfin, mais très vite tout ne se passe pas comme prévu.

Le prologue vous embarque sur une première planète où vous faites la rencontre des peu commodes Kerts, une espèce alien qui tire avant de parlementer. L’occasion pour vous de vous familiariser au combat et à ce qui va être la plus grande part de gameplay, « l’exploration » de planètes.

 

C’est l’heure de la tempête !

Les planètes ont un climat différent

Faisons un bon de quelques temps dans le jeu pour passer le prologue et parler un peu plus du gameplay. Cette fois-ci, plus question de Normandy, votre vaisseau dans les anciens opus, place au Tempête (Tempest en anglais). Vous pouvez vous balader librement à l’intérieur, y rencontrer votre équipage et y faire tout un tas d’actions allant de l’organisation de mission à changer la couleur de vos vêtements. Au-delà de ça le vaisseau vous donne accès à l’ensemble de la galaxie. Vous irez donc de planète en planète, découvrir ce qu’elles recèlent et comprendre pourquoi tout part en cacahuète. Car oui, vous étiez censés arriver sur des planètes parfaitement habitables, en réalité il n’en est rien car une puissance extra-terrestre ancienne, reliquat, n’est plus active et ne maintient plus les atmosphères comme il se doit.

Du coup, de manière plus ou moins déguisée et modifiée, le titre va consister en terme de scénarisation à aller sur une planète et y rétablir son climat pour y établir une colonie. En parallèle, il faudra tenter de retrouver les arches qui se sont perdues en chemin (car seule la vôtre est arrivée). Voilà, disons que la scénarisation principale c’est un peu légère, alors bien entendu, il y a toute la sur-couche RPG qui vient se greffer avec vos propres choix et les éléments annexes, mais toujours est-il que ça tourne un peu en rond. Sur-couche RPG qui d’ailleurs est plus qu’habituelle dans la série, avec ses choix de conversation qui peuvent avoir un impact sur vos relations et même créer des romances.

La découverte de ces planètes sera aussi l’occasion de combattre. Vous pouvez emmener avec vous jusqu’à deux alliés et l’équipement que vous souhaitez en fonction de sa disponibilité.
Si certains aspects du combat sont plutôt intéressants comme la couverture automatique ou l’utilisation facilité des attaques secondaires, d’autres sont pour le moins… déroutants ? Plus sûrement énervante. Je parle ici de l’IA aussi bien alliée que ennemie, qui n’hésite pas à passer au milieu du combat pour aller faire un corps à corps. Des IA qui sont assez mauvaises pour se mettre à couvert, même quand vous en donnez l’ordre. Ceci vient gâcher toute la fluidité du combat, vous vous retrouvez toujours à surveiller ce que sont en train de faire les deux gus qui vous accompagnent. Dommage.

 

Le Tempête, votre nouveau joujou !

 

Un pionnier compétent est un bon pionnier

Il est possible de modifier votre équipement

Niveau système de compétences, Bioware ne débarque pas avec un système très novateur. Vous gagnez de l’XP et donc des niveaux qui vous donnent des points à dépenser. Vous avez trois catégories : Tech, Combat et Bio. Le premier s’axe sur la technologie avec l’utilisation de tourelle, de robotique, etc. Le second sur la manipulation des armes et enfin le dernier sur les pouvoirs biotiques tels que la télékinésie.

Dans chaque catégorie vous trouvez tout un tas de sous arbres que vous pouvez améliorer comme bon vous semble en dépensant des points. Vous pouvez vous spécialiser dans une catégorie ou au contraire changer en cours de route ou bien les mixer. En revanche un axe est plutôt intéressant, le tout est combiné à un système de profil. Si vous dépensez vos points de compétences principalement dans la catégorie combat vous déloquerez alors le profil associé qui décuplera vos forces. A contrario, si vous mixez deux catégories vous débloquez un profil hybride boostant les capacités de ces catégories. Ce système de profil est activable à tout moment mais il se situe dans un menu, de ce fait on a un peu tendance à l’oublier et peut-être pas à l’exploiter au mieux.

 

Et pour englober le tout, du gameplay annexe

Les combats sont dynamiques malgré des problèmes d’IA

Mass Effect Andromeda possède bien entendu tout un gameplay annexe qui vient englober le tout. Le titre possède un système de recherche et développement. Vous gagnez différents points de recherche issus de vos explorations. Vous pouvez alors les utiliser dans la découverte de nouvelles armes, armures ou encore modifications d’armes. Ensuite il faudra les fabriquer, à ce stade ce n’est plus les points de recherche mais des matériaux qu’il vous faut. Minerais, éléments, alliages, bref, tout ce que vous pouvez trouver sur les planètes. Vous pouvez inclure dès le départ des modifications immuables par la suite sur vos armes et armures. Un système globalement bien fichu et qui laisse le choix au joueur de son équipement.

En plus de cela vous trouvez un système tout à fait classique de marchands. Il achète, vous achetez, il se fait du blé, vous vous faites du flouze.

Un peu moins classique maintenant tout un système de bonus que vous pouvez activer en fonction du niveau de vie sur les planètes. Plus vous l’améliorez plus vous pourrez débloquer de bonus passifs et permanents. Ces derniers vous permettent d’obtenir plus de crédits, plus de ressources ou encore de munitions. Un système supplémentaire bien qu’en réalité assez anecdotique.

Enfin on trouve le système de groupe d’assaut. Ce dernier permet deux choses : la première est d’envoyer des groupes effectuer des missions qui, si elles sont réussies, vous rapportent des ressources. D’autre part, ce menu vous donne accès au multijoueur depuis la campagne solo. Très classique, le multi vous fait jouer en coop face à des vagues d’ennemis qu’il faudra éliminer pour mener à bien la mission.

 

Les beaux confins de l’espace

Andromeda est plutôt joli sans être la révolution graphique. Les paysages et les lumières sont soignés et cela donne de beaux effets. En revanche…qui a bossé sur les personnages ? Non mais sans blague, 600 ans de stase ça donne vraiment l’aspect d’un Playmobil : inexpressif au possible ? Ce qui pouvait passer sur le dernier ME ici ne passe plus, on est en 2017 les amis… Et puis, on ne peut même pas se dire qu’on se rattrape sur les doublages, car que ce soit en anglais ou français ils sont médiocres, d’autant plus sur les personnages secondaires. Certains prêtent même à rire, c’est pour dire.

Rappelons tout de même que Mass Effect est un RPG qui s’axe entre autre sur ses moments de discussion. C’est justement les passages à soigner plus que les autres et pourtant ici ce n’est pas le cas.

 

En bref

Dur de faire cette conclusion, c’est pourquoi je vais l’attaquer sous deux angles. Le premier, celui d’un RPG détaché de toute sa série d’origine. Dans ce cas Andromeda est plutôt sympathique et dans les grandes lignes il fonctionne, sans révolutionner le genre et sans être dans le haut du panier. Il n’est pas trop mal dans sa globalité et plaira surement à des joueurs qui ne sont pas familiers à l’univers de base. En revanche, si on prend l’angle opus de la série Mass Effect, alors là… Andromeda est clairement dans le fond du panier. Il est fade, voire ennuyeux par rapport à ce que Bioware sait faire. L’intrigue n’est pas très intéressante et niveau gameplay on a l’impression d’avoir un peu stagné avec des améliorations plus qu’anecdotiques. Bref, tout ça pour dire que Andromeda n’est ni le RPG du siècle, ni le Mass Effect qu’on pouvait attendre.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire