Tests

Motorport Manager

Écrit par Contributeur

Shadomazo - Ancien étudiant en Game design & passionné

Contributeur-ShadowmazoAncien étudiant en game design et passionné de jeux (vidéo, rôle et société), je suis un adepte des jeux de types RPG, FPS, sports et gestion. Et être contributeur sur Ingame me permet de partager ma passion du jeu.

 

Test PC

ENFIN ! Cela fait 16 ans que les joueurs PC attendent un jeu de management de F1. Depuis F1 Manager de EA (encore electronic arts à l’époque). Sega nous propose un portage de son Motorsport Manager mobile sur PC. Est-ce que ces 16 ans d’attente vont être comblés ?

 

Rapide aperçu

L’avant course

Motorsport Manager jeu nous propose 3 modes de jeu, le mode carrière, un mode défis et un mode course unique.

Le mode carrière est le cœur du jeu, et c’est surtout celui qui nous intéresse le plus. Quand on se lance dans une carrière, on arrive en premier lieu sur les paramètres de cette future carrière. Ils nous permettent de choisir d’activer ou non le didacticiel et la longueur des sessions (courtes, moyennes ou longues), cette dernière ne change que le nombre de tour en course.

Le deuxième écran nous amène sur une création succincte de profil, mise à part le nom, la date de naissance et le pays d’origine, on peut choisir selon cinq antécédents pour notre personnage que je vous laisse le droit de découvrir si vous compter profiter du jeu, quand bien même j’ajouterais que chacun de ces antécédents aura une répercussion sur le jeu, à moins de vouloir jouer un inconnu.

Ensuite vient la sélection du championnat. Il nous est proposé trois classes de championnats, du plus côté au moins côté, la classe 1 (World Motorsport Championship), la classe 2 (Asia-Pacific Supercup) et la classe 3 (European Racing Series), cela correspond à la F1, la GP2 et la GP3. Comme vous l’aurez compris, chaque catégorie vous donnera un challenge différent.

Ça sent déjà la gomme

Chacune de ses catégories possède ses propres règles sur lesquels vous pouvez vous renseignez assez facilement avant le début d’une carrière. Maintenant je vais aborder un point généralissime de MM, c’est que les règles peuvent changer d’une saison à une autre durant la partie. Cela se fait par une proposition suivit d’un vote des dix managers des différentes écuries du même championnat, et les règles peuvent impacter à peu près tout, les pneus, le nombre de circuit, la réglementation de certaines pièces et ainsi de suite, elles peuvent être à votre avantage comme à votre désavantage, soyez pragmatique.

Suite au choix du championnat, il faut choisir une écurie, il y en a dix par catégorie, à l’instar d’un FM Manager, on a accès aux différents renseignements des écuries, comme le budget, la prévision au classement, la pression médiatique, et le niveau des voitures, des pilotes, des infrastructures, des fans et des sponsors par rapport aux autres écuries du championnats. Petit point négatif, mais sur lequel on passera très vite, il n’y a aucune licence, ni d’écuries, ni de constructeurs ni de pilotes.

 

Il faut gérer ses infrastructures

 

Une carrière prenante

Chaque pilote a sa propre configuration

Ça y est nous y sommes, la carrière est enfin lancée. Les menus sont assez clairs et concis, et à partir de l’accueil du mode carrière vous avez accès à tout. Dans l’ordre, votre profil qui contient toutes vos statistiques et historiques, votre messagerie, votre voiture. Ce menu vous permettra de fabriquer de nouvelles pièces et d’améliorer celles que vous possédez déjà et c’est aussi ici que l’on peut observer la valeur de notre voiture par rapport aux autres écuries du championnats. Ensuite c’est le siège de l’écurie, ici on gère toute l’infrastructure de l’écurie, chaque bâtiment et chaque amélioration de bâtiment permettra d’améliorer un point de l’équipe, que ce soit la voiture, la formation des pilotes, etc. Et ainsi de suite, il y a tout le nécessaire pour gérer de façon assez intuitive une écurie de sport mécanique.

Passons maintenant au week-end de course, comme en réalité, il y a la phase d’essai libre, de qualification et enfin la course. Alors selon les règles de chaque championnat il n’y a pas forcément de phase de qualification, comme dans celui de classe 3, mais sans être aller jusque-là, je pense que cette règle, comme les autres, peut changer. La phase d’essai libre permet de se familiariser avec le circuit et de pouvoir régler la voiture de façon à répondre de la meilleure façon aux exigences de ce circuit. Avant le début du premier tour de piste, il est possible de faire un préréglage de la voiture en fonction des informations données par les ingénieures de courses, ensuite durant les essais, le pilote se familiarise avec le circuit et la voiture. Du coup les informations de l’ingénieur de course deviennent plus précises et peuvent même donner des bonus pour la phase de qualification et pour la course. Les essais et les qualifications peuvent être simulées.

C’est parti !

La stratégie de course se choisit juste avant le départ, et ensuite durant la course on gère les pièces de la voiture, qui, sauf accident, tiennent toute la course si le travail a bien été fait en amont. Il faut bien sur choisir les bons pneus, et trop les abîmer peut coûter quelques places. Il faut aussi gérer le carburant, si dans la catégorie reine le plein ne peut être ajuster, il faut savoir temporiser ses pilotes si jamais ils consomment trop, dans les autres catégories il faut gérer le plein en course, car par exemple dans la plus petite catégorie le réservoir ne fait que 40% de la course.

Chaque course provoque des dépenses, qui sont la plupart du temps couverte par les sponsors si les objectifs sont respectés. Les sponsors payent soit directement soient payent à l’avance et donnent des primes de courses ou ne donnent que des primes de résultats.

La micro-gestion y est vraiment poussée sans être imbuvable, mais c’est ce qui permet de bien nous immerger dans MM.

 

Une diversité faiblarde

Le mode défis propose de prendre une écurie, dans le championnat le plus bas, plus ou moins faible (en fonction de la difficulté) pour en arriver à gagner un jour le Championnat Mondial de Sport Automobile. C’est un mode carrière qui vous restreint dans le choix de vos écuries.

Le mode course unique vous propose de faire courir votre écurie (les 3 championnats sont proposés) sur un week-end complet de course, ou tout simplement sur la course uniquement, et sur le circuit de votre choix. Si vous choisissez la course uniquement, vous aurez le choix de la position de vos pilotes sur la grille. Ensuite il est possible de choisir la longueur de la session (c’est-à-dire le nombre de tour) parmi course courte, moyenne ou longue, ainsi que la météo. Par contre pour cette dernière il n’est possible de choisir qu’une météo dynamique ou sèche.

On pourrait tout de même reprocher l’absence de multijoueur, car MM s’y prêterait très bien.

 

En bref

Motorsport Manager rempli tous ses objectifs haut la main, complet, technique et prenant, il reste tout de même abordable pour les néophytes. Tous les amateurs de jeux de gestion sportive peuvent se jeter les yeux fermer sur MM. Toutes ses qualités compensent très largement le peu de défauts qu’il possède, entre l’absence de licence et de multijoueur.

À propos de l'auteur

Contributeur

Si vous aussi vous voulez faire partie des contributeurs de InGame.fr envoyez nous un message via la page contact du site.

Laisser un commentaire