Tests

Plantera

Mathpach
Écrit par Mathpach

Plantera, un petit jeu indépendant développé par Daniel Hjelm et édité VaragtP. Il est téléchargeable sur Steam depuis le 28 Janvier 2016.

Test PC

Souvenez-vous il y a quelques années quand il y a eu le « boom » des jeux de gestions sur smartphone dans lesquels il faut attendre un certain temps avant de récolter ou qu’une action se termine. Plantera est un de ces jeux. Développé et édité par VaragtP et sorti sur PC le 28 Janvier 2016 c’est un jeu de gestion et de simulation agricole où on s’occupera d’un jardin potager et d’animaux. Arbres, buissons, vache ou mouton, nous avons pris soin de notre jardin pour tout vous révéler… Maintenant ! Plantera est-il aussi addictif que ces jeux mobile ?

Silence… Ça pousse !

Plantera est un jeu plutôt simple tant dans son gameplay que dans son menu. Ce dernier ne propose pas quinze mille modes de jeu, seulement une partie. Le principe est simple : cultiver pour obtenir des pièces et de l’expérience qui vous permettront d’acheter plus de plantes, d’animaux et d’espace.

Il y a un commencement à tout !

Il y a un commencement à tout !

On commence alors sur un terrain vague survolé de papillons. La première chose que l’on nous dit est de cliquer sur l’un d’eux. Et effectivement, les papillons qui apparaissent en surbrillance vous donnent 1 pièce. De la même façon, tout au long du jeu il vous faudra cliquer sur différents fruits, légumes pour les récolter et amasser des pièces ou bien sur les animaux pour recueillir leur produits (du lait pour les vaches par exemple) et sur des prédateurs pour les faire fuir.

Maintenant que vous avez votre terrain, il vous faut vos premières plantations. Et oui ! les papillons ne seront pas suffisants pour évoluer rapidement. Dans la boutique, on se retrouve face à cinq onglets, un pour les légumes, un second pour les buissons, ensuite les arbres fruitiers, les animaux et enfin ce qu’on pourrait appeler des bonus. Bien sûr il faudra débloquer tout ça au fur et à mesure de l’expérience. On commence avec les carottes que l’on plante aux emplacements indiqués en surbrillance. Maintenant il faut attendre qu’elles poussent pour les récolter en cliquant dessus ou en laissant vos employés le faire pour vous.

Plus vous cultiverez des produits de « plus haut niveau », plus ceux-ci vous rapporteront de pièces à l’unité. Il faut tout de même rester vigilant car des oiseaux et des lapins peuvent venir de n’importe où pour vous prendre vos récoltes.
Pour les animaux c’est la même histoire, il suffit de cliquer sur le lait ou les œufs pour les récupérer. Encore une fois, faites attention aux loups et aux renards cette fois qui ne manqueront pas d’effrayer vos petites bêtes.

Un élément que l’on retrouve également dans certains jeux sur smartphone c’est que les ouvriers continuent de farmer un certain temps après que l’on ait éteint le jeu.

 

Les premiers achats

Les premiers achats

 

Êtes -vous des jardiniers ambitieux ?

Encore plus d'espace

Encore plus d’espace

Nos employés, justement, parlons-en. Ils sont en permanence au travail. Eux ne craignent rien donc pas d’inquiétude si un prédateur approche. Comme je le dit plus haut, ils continuent de travailler même quelques temps après avoir quitté le jeu.
On commence l’aventure avec un seul de nos amis bleus, mais au fur et à mesure que notre jardin grandit, d’autres viennent prêter main forte.

Voyons un peu plus grand. Parce que vous finirez surement par vous sentir à l’étroit dans votre petit potager. Pour l’agrandir, il suffit d’acheter une extension à une des deux extrémités du jardin. Cela vous octroiera alors une ou deux parcelles supplémentaires de chaque côté de l’écran. A chaque fois que vous en achèterez une, elle sera plus chère que la précédente.
Au bout d’un moment, de nouvelles plantes vont bien entendu être disponibles en boutique. Si vous voulez remplacer un plant par un nouveau plus rentable, vous le pouvez en mettant à la poubelle l’ancien d’abord. Gardez tout de même à l’esprit que pour la même variété de plante, plus vous en achetez plus elle sera chère au prochain achat . Cela vaut pour tous les éléments de la boutique sans exemption.

Rappelez-vous, je parlais d’un onglet bonus dans la boutique. Vous avez accès à ses éléments dès le début du jeu et ils peuvent être très utiles. Vous pouvez placer un chien de garde dans votre jardin, il éloignera les prédateurs à votre place à condition d’être dans les parages à ce moment-là.
Ces éléments sont bien pratiques surtout lorsque l’on commence à avoir beaucoup d’arbres et de plantes à s’occuper.

 

Un objectif précis ?

Quelques petites choses très pratiques comme les chiens ou les épouvantails

Quelques petites choses très pratiques comme les chiens ou alors les épouvantails

A part ramasser des fruits et des légumes pour recueillir des pièces et augmenter de niveau, il n’y a pas vraiment d’objectif. C’est pour ça que les succès Steam sont biens venus pour apporter un peu de défi au jeu. On peut donc s’amuser à cliquer sur toutes les coccinelles que l’on voit. Ou bien sur le petit chevalier qui traverse régulièrement l’écran. Ce dernier vous donne alors en plus le même nombre de pièce que vous avez de niveau à chaque fois que vous lui cliquez dessus.
Dans le même genre on a aussi la taupe qui montre le bout de son nez de temps en temps. Et pareil, elle nous donne le nombre de pièce qui correspond à notre niveau.

Bon nombre de ses succès sont centrés sur le nombre de fois que vous aurez cliqué sur la taupe ou sur le chevalier, mais il y en a également pour le nombre de pièces dans votre bourse ou encore pour le niveau que vous atteignez. Il y a de quoi faire !

 

En bref

En somme, Plantera n’a pas de réel défaut. Son gameplay est simple et le but du jeu tout aussi simple. Il suffirait seulement de marteler le clic gauche de la souris pour jouer. Pour résumer, c’est un jeu plutôt sympathique, bien fait, avec une musique répétitive mais pas irritable. Plantera est de manière générale redondant mais étrangement on ne s’en lasse pas facilement.

À propos de l'auteur

Mathpach

Mathpach

Grande lectrice, cinéphile et amatrice de jeux vidéo, j'affectionne particulièrement les jeux de gestion et de narration mais je reste assez touche-à-tout.
Dessinatrice à mes heures perdues.
Les jeux d'horreur ne me font pas peur... quand la lumière est allumée.

Laisser un commentaire