Tests

The Crew 2

The Crew 2
Rackham
Écrit par Rackham

Disponible sur

"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 1
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn 2
"The Rise of Zer", la mise à jour de Osiris : New Dawn

Date de sortie : 29 Juin 2018

Après 4 ans, Ivory Tower et Ubisoft reprennent l’asphalte pour un nouvel épisode de The Crew, sobrement nommé The Crew 2. Ce dernier tente quelques nouveautés avec notamment l’arrivée d’avions et de bateaux surpuissants. Nous avons testé toutes ces disciplines…

Bienvenue aux USA

Les courses sont bien entendu de la partie

Que ce soit pour le premier opus ou celui ci, quelque soit la discipline, The Crew c’est d’abord un monde ouvert représentant l’ensemble des USA. Et rien que ça c’est une belle prouesse, aussi bien technique, qu’en terme de réalisation elle-même. Aucun lieu n’est vide, tout est travaillé et reproduit assez fidèlement en ce qui concerne les villes.

Ainsi, il est possible de faire du « coast to coast » ou simplement en faire qu’une partie au travers de road trip sans se soucier de mission aucune. En soit, c’est presque le plus plaisant car il y a toujours à voir, que ce soit des paysages désertiques, froids, verdoyants. D’autant plus que maintenant, quand vous en avez marre de rouler il est possible de switcher entre votre avion ou bateau. Oui, atout de gameplay totalement irréaliste mais pas moins intéressant, cette possibilité de passer à tout moment sans interruption d’un véhicule à l’autre. Ainsi, vous pouvez voir les choses depuis le haut, ou bien depuis une rivière, un lac ou l’océan, changeant là encore toute la perspective. Tout comme le premier opus, The Crew 2 offre une belle partie contemplative bien que… l’aspect visuel du titre ne fasse beaucoup moins l’effet « Whaoo ». Non au contraire, le monde est certes rempli et vivant il n’en est pas moins pas tout à fait à la hauteur graphiquement.

Des disciplines à la pelle

Que ce soit en powerboat, avion ou véhicule terrestre les disciplines ne manquent pas. Voltige, course, contre la montre, street race, rally raid et j’en passe puisque ce n’est pas moins de 14 disciplines que Ivory Tower propose à travers les USA. Épreuves qui vous demandent d’avoir certains véhicules ou qui dans certains cas vous les prêtent. Pour l’utilisation de votre véhicule une certaine puissance est demandée afin d’être dans la tranche de niveaux requis pour ne pas vous faire larguer. Si vous êtes dedans et pas trop mauvais vous devriez vous en sortir assez facilement. Car on ne va pas se le cacher, The Crew 2 est loin d’être un jeu compliqué d’autant plus avec son système de progression. Système basé sur le nombre de followers que vous avez. Ces followers vous les gagnez massivement en reportant les épreuves et au fil de l’eau en fonction de vos actions (figures, drift, dépassement, etc). Une fois le palier atteint, de nouvelles épreuves s’offrent à vous ainsi que de nouveaux véhicules. Ainsi, la progression se fait en douceur, mais le titre ne vous met que rarement en péril dans une épreuve.

En revanche, là où Ivory Tower fait les choses bien c’est encore avec son level design. Rare son les courses ne possédant pas ses petits raccourcis, ses sauts, ses passages sur les toits ou des chemins alternatifs. Le rally raid en est un parfait exemple puisque bien que guidé, vous passez presque là où vous souhaitez. Un point intéressant venant s’ajouter au fun. Car non, The Crew 2 n’est pas un jeu auquel on jouera pour sa conduite et son réalisme mais bel est bien pour le fun de son gameplay.

Le powerboat n'est pas la discipline la plus passionante
La moto est aussi de la partie
L'aérobatic fait partie des épreuves les plus sympas

Une conduite toujours arcade

Le rally raid fait son retour

The Crew 2 ne révolutionne pas la licence, la conduite est toujours arcade, en tout cas en ce qui concerne les véhicules terrestres. Arcade mais tout de même un peu revue. On a tout de même besoin d’un peu plus piloter qu’auparavant, la prise en main des véhicules est peut-être un peu moins une évidence, mais on a un peu l’impression de piloter. On regrettera en revanche une physique qui donne l’impression que nos voitures ou motos sont de vraies briques.

Concernant les avions, le gampelay est plutôt fun, bien que pas toujours évident. Ce qui est certain c’est que la prise en mains d’un avion à l’autre en fonction de ce à quoi il est destiné est très différente. Mais on a des sensations sympathiques qui arrivent à vous donner envie de faire de la haute voltige avec nos coucous.

Pour le powerboat en revanche on repassera… On a l’impression de piloter des veaux. Une impression de lenteur et de lourdeur venant empiéter sur la discipline qui pouvait sembler cool. Et même lancé à 300km/h sur l’eau les sensations n’y sont pas, les accrochages avec les autres bateaux n’arrangent rien…

Bon n’y allons pas par quatre chemins, la physique de The Crew 2 est très permissive quelque soit le véhicule. Comme dit plus haut, c’est le fun qui est mis en avant et non le réalisme, si vous cherchez quelque chose de plus réaliste il faut vous tourner vers un titre dédié. D’ailleurs ceci est valable pour la physique des objets où à peu de choses près seuls les murs et les arbres sont capables de vous arrêter, le reste valdinguera en vous ralentissant… à peine.

La personnalisation des véhicules

Il est possible d'améliorer les véhicules
Cette Mustang a le droit à une livrée créée par la communauté

Si un point de The Crew 2 est plutôt complet c’est bien par la personnalisation des véhicules. En ça, deux parties : les améliorations de la puissance, que vous récoltez sous forme de loot à la fin des épreuves ou que vous trouvez ci et là. Ces dernières peuvent concerner les freins, le moteur, les pneus et toute la mécanique de votre véhicule. Améliorant au passage l’ensemble de ces éléments donnant plus de puissance, tenue ou encore maniabilité au véhicule.

En plus de cela, on trouve toute une partie personnalisation visuelle, changer le capot, les jantes, les ailes et plus simplement la peinture de votre véhicule comme bon vous semble. Un point plutôt sympa est d’ailleurs la possibilité de mettre en ligne ses peintures et de télécharger celle des autres. Une option communautaire qui est la bienvenue !

Où sont-ils ?

Le jeu est immense certes, mais on n’en croise pas des masses non plus. Je parle bien entendu des joueurs. Le jeu se veut avoir une vie multijoueurs, mais c’est en réalité assez rare que l’on croise beaucoup de monde sur les routes. La faute peut-être à une utilisation bien plus intensive du « voyager vers » qui vous téléporte directement à une épreuve. Ou peut-être simplement à un manque de joueurs. Malgré tout, quand on en croise le tout tient la route techniquement et tout ne semble pas être désynchronisé n’importe comment et c’est plutôt agréable, vous donnant à nouveau l’envie de roadtrip entre amis. En revanche, ce qu’on reprochera à The Crew 2 c’est des chargements qui parfois sont infinis alors que le coup d’après ils ne durent que quelques secondes.

On ne reviendra pas sur les aspects graphiques du titre, si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est, bien entendu, que vous avez lu tout le reste… n’est-ce pas ?

En Bref

The Crew 2 essaye d’apporter plus. Les développeurs d’Ivory Tower savaient qu’ils ne pouvaient pas à nouveau laisser uniquement des voitures. En soit c’est plutôt réussi, mais le vrai élément qui a le plus d’intérêt reste ces mêmes voitures. Les passages en avions sont plutôt sympas, on prend plaisir à voler entre les immeubles, quant aux bateaux et bien cela reste plus qu’oubliable.  En réalité, The Crew 2 bien que pas mauvais, fera surement comme son aîné et sera un titre qui très vite va se faire oublier. Peut-être a-t-il en ligne de mire des DLC, mais dans les grandes lignes, il n’en reste pas moins un jeu sympathique, mais loin d’être vraiment bon quand même. Un jeu qui plaira surement un temps aux amateurs de moteurs.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire