Tests

The Long Journey Home

Rackham
Écrit par Rackham

Le voyage spatial est depuis toujours source d’inspiration pour les créateurs en tous genres. Le jeu vidéo n’est pas une exception et encore moins The Long Journey Home. Développé par Daedalic Entertainment le titre nous fait voyager dans les confins de la galaxie dans un jeu de simulation gestion avec de petites touches d’arcade.

 

Décollage immédiat

The Long Journey Home

Vous ferez des rencontres inattendues

Avant de commencer votre long voyage intersidéral vous devez constituer votre équipage, soit 4 personnes parmi un plus vaste choix. Chacun vous donne un bonus différent, il faudra donc faire votre choix en fonction de ce qui vous arrange. Ensuite c’est le tour du vaisseau et de son module d’atterrissage. Vous devez aussi les choisir parmi plusieurs dont les caractéristiques varient. Un vaisseau plus maniable mais peut-être moins protégé ou à contrario plus lourd mais plus dur à manœuvrer. Une fois vos choix effectués, c’est le départ.

C’est au court d’un saut spatial entre galaxie que les choses tournent mal… Vous n’arrivez pas du tout à l’endroit prévu, comme attiré par un champ d’énergie. Vous vous retrouvez donc avec équipage et vaisseau quelque part au milieu des étoiles sans trop savoir quoi faire. Dans tous les sens du terme car le titre est loin d’être le plus didactique pour les novices.

The Long Journey Home propose une caméra en vue du dessus et vous contrôlez votre navire de l’espace avec la souris. C’est ainsi qu’il faudra naviguer de planètes en planètes et de galaxies en galaxies pour retrouver le chemin vers la Terre.

 

Premiers atterrissages

The Long Journey Home

Vous pouvez explorer les planètes

En vous déplaçant de galaxies en galaxies vous croiserez des planètes. Après une ou plusieurs manœuvres pour vous mettre en orbite (oui ce n’est pas toujours simple, ne jugez pas !), vous êtes soumis à toutes les caractéristiques de la planète en question. Gravité, chaleur, ressources tout est indiqué. A vous d’y aller ou non… à vos risques et péril. Si vous décidez d’y aller ce sera abord de votre pod. La caméra passe ainsi en vue de côté, montrant une sorte de coupe de la planète. C’est ici que les éléments d’arcade interviennent, vous devez jouer avec les propulseurs du pod pour l’amener ou bon vous semble. Les premières fois seront un peu compliquées, d’autant plus que la gravité joue un rôle extrêmement important dans la manœuvre.

Une fois maîtrisé, votre pod vous permettra de trouver tout plein de ressources, des métaux pour réparer vos coques et différents gaz pour vos carburants à la fois du pod et du vaisseau mais aussi celui servant aux sauts interstellaires.

 

Rencontres diverses

The Long Journey Home

Les planètes sont belles mais il n’est pas simple de s’y poser

The Long Journey Home ne vous laisse pas seul dans l’espace et vous amènera à croiser des extraterrestres divers et variés. Petit élément de RPG, les discussions avec vos rencontres. Chaque espèce à un background, des appréciations des autres et surtout une attitude envers vous. Si certaines sont très accueillantes, d’autres le sont beaucoup moins et n’hésiterons pas à chercher à vous détruire.

Dans les cas les plus sympathiques, vous pourrez faire du commerce sur leurs stations. Certains vous donnerons même des cadeaux ou bien vous permettrons de faire des prêts. Mais souvent leur confiance s’acquiert en effectuant des missions pour eux.

 

The Long Journey Home

La mise en orbite n’est pas toujours aisée

 

De bonnes idées mais des éléments manquants

The Long Journey Home a tout plein d’idées sympathiques ainsi qu’une direction artistique aussi bien graphique que sonore qui est plus qu’agréable. En revanche, si le gameplay existant fonctionne, on finit assez vite par s’ennuyer. Certes il y a des choses à faire, des missions à effectuer, mais pourtant peu créées un réel engouement. Vous allez de planètes en planètes, trouvez des ressources avec l’impression d’avancer sans pour autant trop savoir où cela mène.

 

En bref

The Long Journey Home est plutôt une réussite pour le studio Daedalic Entertainment. Une direction artistique agréable, un gameplay bien conçu mais pourtant il lui manque un petit quelque chose. Si les premières heures de jeu sont agréables, très vite le titre devient trop redondant et on finit par s’ennuyer… dommage. Pour autant le titre est à découvrir pour les fans du genre qui sauront surement l’apprécier.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire