Tests

Transport Fever

Rackham
Écrit par Rackham

Test PC

Deuxième titre du studio Urban Games, Transport Fever s’inscrit comme un suite directe du premier opus Train Fever. Les développeurs nous avaient promis des nouveautés, des corrections par rapport à l’ancien titre. Alors qu’en est-il de Transport Fever, jeu de gestion de transport ?

 

Magna du transport

Transport Fever

Deux campagnes, un des ajouts principaux par rapport à Train Fever

Transport Fever vous propose de prendre la tête d’une société de transport. En bon chef que vous êtes il faut alors créer vos lignes sur route, voie ferrée, sur l’eau ou dans les airs. Deux campagnes s’offrent à vous : les USA et l’Europe. Ce mode vous offre alors, au travers de plusieurs scénarios, de retracer l’histoire des transports sur les deux continents, ce qui est une des grosses nouveautés par rapport à l’opus précédent Train Fever. Les scénarios présentent des objectifs principaux, guidés mais pour autant vous laisse un peu de liberté sur la manière d’opérer. De plus vous trouvez des objectifs secondaires qui se déclenchent en fonction de certaines de vos actions. Car oui, Transport Fever vous propose de temps à autres de faire des choix qui peuvent influer sur la suite du scénario. Plutôt sympa.

Transport Fever garde malgré tout son mode libre qui est toujours le mode principal du titre. Vous pouvez paramétrer votre partie comme bon vous semble : terrain, type de nom des villes ou encore année de départ. Oui car rappelons le, le but de Transport Fever est de vous faire voyager à travers le temps de 1850 à nos jours. Ceci implique donc une avancée technologique qui se fait au fur et à mesure des années, vous amenant d’une des premières locomotives au TGV.

 

Manager des transports

Transport Fever

Les villes grandissent plus naturellement

Attaquons un peu l’aspect gestion du titre. Il vous propose de commencer votre travail sous différents angles. En mode libre les positionnements des industries et des villes seront déterminant quant à ce que vous devez faire au départ.

Le jeu offre un système de fret, vous trouvez des entreprises produisant des matières premières, qu’il faut emmener dans une autre pour les transformer jusqu’à arriver à un produit final que vous pouvez amener en ville.
Puis il y a le transport de passagers, chacun d’entre eux a un lieu de résidence, un travail ou bien un lieu où faire ses achats. Ces habitants vont donc, si vous leur mettez les moyens à disposition, commencer à se déplacer d’une ville à l’autre ou même au sein d’une ville si celle-ci est grande.

Plus une ville est bien desservie en marchandises et en transports en communs plus elle va grossir vite. Et d’ailleurs elles le font bien mieux que dans Train Fever. Urban Games a revu son système pour qu’il soit plus logique et arriver à créer des villes de plusieurs milliers d’habitants.

Pour organiser votre transport vous disposez de bus, de camions, de trains (de fret ou passagers), d’avions et de bateaux. Mais ne nous leurrons pas, le moyen de locomotion principal de Transport Fever reste le train.

Transport Fever

Le titre retrace l’histoire des transports en Europe et aux USA

Quel que soit ce que vous mettez en place vous devez commencer par créer des arrêts, des gares, etc, et acheter les véhicules qui vont bien. Selon vos finances vous pourrez plus ou moins vous permettre des folies. Ensuite il faudra créer une ligne en sélectionnant les différents points de passages. Pour le reste, tout ce fait tout seul. C’est une sorte de loi d’offre et la demande qui gère le tout. Pour deux usines complémentaires, ce sera le nombre de trains (par exemple), la fréquence et leur capacité à transporter qui régiront le fait que ces deux usines produiront beaucoup ou non.
Chaque entreprise à une capacité de production et de stockage de marchandises entrantes et sortantes. Quand sa production reste un certain temps au maximum de sa capacité l’entreprise en question va s’agrandir et sera en mesure de produire plus, stocker plus.

En réalité, le titre est assez limité en terme de gestion elle-même et se résume à acheter plus de tel ou tel véhicule ou de créer une nouvelle ligne d’export depuis une même entreprise. La gestion est renforcée quand votre flotte de véhicules devient vraiment importante car il faut gérer plus régulièrement son vieillissement. En effet, à force de rouler les véhicules vont coûter de plus en plus cher chaque année, une ligne qui était très rentable peut alors se retrouver à ne plus rapporter grand-chose. Mais le remplacement, notamment des trains, coûte souvent très cher. Le plus difficile reste de définir les lignes prioritaires.

 

Transport Fever

La construction de voies est plus permissive qu’auparavant

 

En avant petit bolide !

Transport Fever

Bien planifier la création de ses lignes est primodiale

Puisque c’est ce que vous ferez le plus souvent, continuons à parler des trains. Pour les faire rouler il faudra construire des voies ferrées. Autre fois, le titre était plus qu’archaïque à ce niveau-là. Aujourd’hui c’est beaucoup mieux sans pour autant être parfait. Mais il est tout de même possible de faire des croisements complexes de voies ce qui est un gros plus. Fini les ponts à tout va dans les zones assez fréquentées, maintenant les voies peuvent s’entremêler. La construction elle-même est de manière générale plus agréable. Comme auparavant vous devez tenir compte du relief qui influencera, surtout avec des trains peu puissants, la vitesse de vos trains. Autre point, vous devez faire attention aux virages, une courbure importante limitera la vitesse de la voie. Enfin, il est possible de placer des feux pour gérer les flux de trains. Par exemple éviter qu’un train quittant une double voie se retrouve face à un autre.

Mais si la construction des voies ferrées et plus fluide, on aurait préféré une gestion plus poussée aussi. Quitte à ce que ce soit activable via un mode « expert ». Il aurait été plus réaliste que les trains ne fassent pas demi-tour en gare juste en se retournant ou bien encore d’ajouter d’autres types de signaux avec différents effets pour gérer d’autant mieux son trafic quand il est important ou quand plusieurs lignes se croisent. Non, cela reste identique au premier opus : un peu survolé. On aurait peut-être souhaité pouvoir gérer des horaires ou au moins gérer manuellement l’espacement entre nos véhicules mais impossible. Au lieu de ça, Urban Games a préféré ajouter la possibilité de mettre des arbres et des barrières anti-bruit le long des voies. Dommage, l’aspect gestion un peu léger tel qu’il est aurait été renforcé.

 

Tout le monde à bord !

Techniquement le titre n’est pas exceptionnel. Déjà car il souffre, comme son prédécesseur, d’un gros manque d’optimisation mais aussi car il loin d’être superbe. Autant les véhicules ont eu le droit à un gros traitement de faveur allant même jusqu’à se salir, autant le reste laisse parfois quelque peu à désirer. En revanche, Urban Games nous offre un ajout plutôt sympa bien que totalement gadget : la vue première personne. Celle-ci se place à l’avant du véhicule et vous permets de vous déplacer avec. Mais il aurait été peut-être préférable que Urban Games potasse encore un peu plus son interface parfois quelque peu archaïque mais bien mieux qu’avant tout de même.

On note également l’arrivée du Steam Workshop. Ce dernier propose des véhicules, des bâtiments ou encore des scritps pour changer des éléments de gameplay. Le modding est plus permissif qu’auparavant il faut donc zieuter ce que la communauté en fait.

En bref
InGameFantomeGrand (3)

Transport Fever est dans la lignée directe de Train Fever. D’ailleurs il est toujours très axé sur les trains malgré l’ajout des avions et des bateaux. Toujours est-il qu’il y a un manque certain dans l’aspect gestion. On a presque l’impression d’avoir même assez peu de contrôle sur ce que l’ont fait. Cet aspect va en diminuant quand vous avez de nombreuses lignes mais les premières heures d’une partie peuvent être assez longues. Transport Fever n’est pas mauvais pour autant mais il a du mal à vraiment insuffler un nouveau souffle par rapport à son prédécesseur. Reste à voir comment Urban Games va le faire évoluer vers le haut du panier. Les fans des premières heures s’y retrouveront bien entendu, les férus de gestion auront tout de même peut-être un sentiment d’inachevé.

À propos de l'auteur

Rackham

Rackham

Game Designer mais joueur avant tout !
Passe pas mal de temps sur les jeux de gestion, stratégie, simulation ou encore FPS.
Fouineur invétéré du web.

Laisser un commentaire